Pointe-Noire : pourquoi les policiers nordistes se comportent-ils comme des sauvages envers la population ?

0
1665

Des policiers nordistes affectés à Pointe-Noire se comportent en territoire conquis et ont un mépris insolant envers les paisibles populations de la capitale économique dont 99 % sont originaires du Sud Congo. Plusieurs cas de dérapage impliquant ces policiers sont fréquents, dont le dernier à la base, où ils ont volé de l’argent d’un jeune de Mpaka. Le tribalisme et la haine du Bakongo prônés par le pouvoir motivent leur comportement.

Lors des protestations contre le referendum anti constitutionnel ayant permis au clan Sassou de s’offrir un troisième mandat, les militaires et policiers nordistes n’ont pas hésité d’ouvrir le feu sur les civils non armés à Pointe-Noire et dans la zone sud de Brazzaville.

Alors qu’ils se sont avérés incapables de relever le Congo qu’ils ont enfoncé dans l’abîme, les Mbochis ne supportent pas la critique au point d’avoir réinstallé le parti État. Toute protestation des Congolais du Sud est réprimé dans le sang.

A Pointe-Noire par exemple, des anciens bandits, voleurs et assassins déversés dans la police y ont été affectés dans le seul but de terroriser les populations. Ces policiers dont la plupart sont des illettrés font la compétition avec les délinquants avec l’avantage de leur uniforme.

Des commissariats dirigés par des nordistes sont devenus des lieux de racket de la population et des patrouilles sortent avec l’objectif de se faire des poches. Une interpellation se négocie dans ces commissariats entre 22000 et 75000 frs et cet argent va droit dans les poches du commissaire et son équipe.

A Ngoyo par exemple deux jeunes qui ont été interpellés sans motif par une BJ de la Police ont eu la chance de ne pas finir dans une cellule et d’être dépouillés tout simplement parce qu’ils étaient nordistes et ont parlé en Mbochis avec certains policiers.

Au lieu de veiller à la sécurité des citoyens et de leurs biens, des policiers sont devenus des vrais dangers publiques avec la bénédiction de leur autorité. Le cas de ce jeune de Mpaka vivant des transferts Mobile Money est la preuve de cette dérive policière nordiste dans la capitale économique.

Après avoir été dépouillé de son argent par des policiers nordistes à la base et il a été chassé et traité de Mokongo au commissariat central en venant porter plainte.