P/Noire : des véhicules de guerre à 75 millions d’euros sortis nuitamment du port

0
3161




Cette cargaison est arrivée au port de Pointe-Noire en provenance de la Turquie le samedi 11 juillet dernier à bord du navire Roro. Pour ce faire, la DGST a été invitée à la fête dans le listing de tous les travailleurs présents ce jour afin d’éviter la fuite des images. La direction du port publiait un communiqué sur la fermeture du port le dimanche 12 juillet jour prévu pour le déchargement. Selon plusieurs sources militaires, l’achat de cet armement a coûté plus de 75 millions d’euros soit près de 50 milliards à l’État. Le Congo se moque du FMI.




Quelle est l’importance de cette course à l’armement pour un pays dont les finances sont exsangues et n’a jamais été inquiété par ses voisins ? Tout porte à croire que les autorités de Brazzaville n’ont jamais compris les priorités du pays et se foutent éperdument des conditions désastreuses des populations.

Selon Global Fire Power, un site spécialisé dans les questions militaires qui a évalué en février 2020 la puissance militaire des pays africains, le Congo occupe la 27e position avec des dépenses de près de 7 milliards de dollars.




Alors que ce petit pays pétrolier d’Afrique Centrale est étranglé par une crise financière aiguë qui a poussé ses autorités à se remettre aux mains du FMI, parallèlement, il ne cesse d’augmenter ses dépenses militaires.

Le pouvoir de Brazzaville vient d’acheter en Turquie d’énormes équipements militaires composés de blindés légers, armes, lance roquettes, grenades , véhicules anti-émeute et tenues militaires. L’achat a coûté à l’État congolais 50 milliards cfa.




Ce gouvernement est le même qui a lancé un appel aux dons pour faire face à la pandémie du coronavirus, par manque de moyens financiers parait-il. D’un côté, on se plaint d’avoir les caisses vides et de l’autre, on met la main à la poche pour s’armer. Pendant ce temps, les bourses des étudiants, pensions des retraités sont payés difficilement et les hôpitaux manquent de tout.

C’est dans la nuit de dimanche à lundi que des véhiculés blindés ont été déplacés du port de Pointe-Noire vers l’aéroport A Neto. Ce cortège de la mort a emprunté la route de Wharf pour remonter vers le rond point de Mpita avant de rejoindre sa destination.