Plusieurs officiers militaires soupçonnent Oyo d’inventer un coup d’État afin de les neutraliser

0
3215

Un coup de force contre le régime de Denis Sassou Nguesso a été avorté grâce aux services de renseignement de la RDC. Mais plusieurs officiers des forces armées congolaises doutent de cette tentative de coup d’État et soupçonnent les sécurocrates d’Oyo de chercher par tous les moyens à éliminer les militaires républicains encore nombreux dans les rangs.

Depuis près de trois ans, peu avant la pandémie de Covid, certains officiers de l’armée sont dans le viseur des caciques du clan Sassou qui les trouvent un peu trop républicains. « A tort, on a voulu nous associer au général Jean Marie Michel Mokoko et bien avant au colonel Marcel Ntsourou…Tout simplement parce qu’on a choisi de servir le pays et non des personnes » confie un haut gradé de l’armée.

Pour ces militaires cette tentative de putsch n’est qu’une diversion des sécurocrates du pouvoir qui aspirent à ne pas perdre leur privilège et pour cela ils doivent faire des victimes sur leur chemin.

Des officiers militaires sont sous surveillance du conseil nationale de sécurité et du CID depuis des années et les concernés le savent. « Ils sont tellement bêtes que les militaires surveillés se sont même rendu au CID pour s’enquérir des raisons de leur mise sous surveillance » renchéri un autre officier qui affirme que le général Philippe Obara s’est même senti gêner ce jour.

Les gens se plaisent désormais à faire des fiches contre ceux qu’ils ne gobent et veulent voire couler. Mais selon un colonel de la gendarmerie, ce climat de méfiance n’arrange en rien le pouvoir qui crée ses propres ennemis internes.