Plaintes d’un officier sur l’injustice et tribalisme sur la promotion des galons dans l’armée

Je suis Jean Michel, l’un de vos lecteurs et abonné de Sacer infos. Je vous écris suite à ma situation professionnelle qui devient insupportable. Policier de profession et détenteur d’une Décision de justice N*106 du 30 juillet 2002 qui, 20 ans jour pour jour, peine à être exécutée alors que ceux qui ont obtenu leurs Décisions de justice après la mienne, ont vu les leurs exécuter, en l’occurrence le Capitaine Franck EBATHA, nommé au grade de Colonel en 2011. Ce préjudice dont je suis victime est-ce suite à mon appartenance Sudiste dont nombreux qualifient de tribalisme?

Le Président de la République dans l’un de ses discours avait instruit au gouvernement la réparation tout en reconstituant la carrière des agents de l’État, sauf que cette instruction est restée lettre morte pour certains agents.

Le souhait est que vous puissiez attirer l’attention du Premier Ministre, du Ministre de la Justice et du Ministre de la Sécurité et de l’Ordre Public afin de respecter ne fusse que l’article 162 alinéa 2 de la Constitution de la République. Pour votre information , plusieurs requérants meurent d’AVC en voyant leur avenir hypothéqué par le pouvoir.

Vingt ans d’attente c’en est trop pour un pays qui se dit pays de Droit. Une Décision de justice qui est revêtue de l’autorité de la chose jugée, qui souffre d’exécution dans un pays dit de Droit est vraiment paradoxal.

Veuillez marteler la situation de la reconstitution de carrière des militaires, gendarmes et policiers afin que nous trouvions satisfaction.