Paul Put reçoit un ultimatum après la défaite face au Togo

0
320

L’avenir du technicien belge, Paul Put à la tête de la sélection congolaise des Diables rouges ne tient plus désormais qu’à un fils au vu de l’accumulation de mauvais résultats depuis sa prise de fonction en mai dernier. Un ultimatum lui a été lancé par le ministre des Sport Hugues Ngouélondélé.

Les deux prochaines rencontres des Diables Rouges pourraient déjà s’annoncer décisives pour Paul Put quant à son futur à la tête de la sélection nationale congolaise  avec qui il n’a encore enregistré aucune victoire en match officiel.

La sélection congolaise des Diables rouges a une fois de plus été décevante lors de ses dernières rencontres. La défaite à domicile (1-2) le mardi 12 octobre contre le Togo en match de qualification pour la Coupe du Monde Qatar 2022 a été de trop.

Face aux Eperviers, l’équipe du Congo a quasiment été inexistante, sans fonds ni tactique de jeu et sans créativité.

Une énième contre-performance qui a de suite fait réagir le ministre des Sports Hugues Ngouélondélé qui a pointé du doigt le coaching de l’entraîneur lors de la réunion de travail qu’il a convoqué ce mercredi 12 octobre avec la fédération congolaise de football (fécofoot) et le staff technique des diables rouges.

« Nous avons joué contre la Namibie, c’était la désolation; contre le Sénégal, c’était triste. Ce n’était pas un problème de joueurs mais une erreur de coaching. Ce que nous avons vu face au Togo, c’est une débâcle, une humiliation » s’est-il indigné.

Avec un bilan de deux matchs nuls et deux défaites lors de ces quatre journées de qualification au Mondial, les Diables Rouges en bon dernier (2pts) sont officiellement éliminés de la course à la qualification au mondial 2022 au Qatar.

Le président de la FECOFOOT, Jean Guy Blaise Mayolas qui a avoué ne pas avoir reconnu la sélection congolaise est également monté au créneau ;« l’équipe qu’on avait avec Valdo était mieux que le brouillon que nous avons vu mardi » a-t-il souligné.

Prenant la parole à son tour, Paul Put a justifié cette contre-performance face au Togo par l’absence de sept joueurs cadres dont Gaius makouta, Ravy Tsouka ou encore Fernand Mayembo.

Des excuses qui se justifient à peine d’autant plus que sur son contrat qu’il avait paraphé le 27 mai dernier avec  le président de la FECOFOOT figurait comme mission la qualification des Diables rouges A à la coupe du monde Qatar 2022.

Une situation loin d’inquiéter le belge qui reste plutôt confiant quant aux chances de participation du Congo au prochain championnat d’Afrique.

« Nous sommes en train de construire une nouvelle équipe. Il faut nous donner du temps car je suis sûr que nous allons nous qualifier pour la Coupe d’Afrique des nations » s’est-il exprimé.

Il a profité de l’occasion pour signaler l’indiscipline et le désordre de certains joueurs lors des rassemblements à Kintélé. A ce sujet, le président de la Fécofoot prévoit d’organiser une réunion dans les prochains jours.

Paul Put bénéficie tout de même d’une dernière chance afin de prouver qu’il ait été le meilleur choix parmi les 64 autres candidats au poste de sélectionneur des Diables Rouges A et A’, au cas contraire il pourra dire adieux au Congo.

« C’est écrit noir sur blanc et c’est du donnant-donnant. Vous nous donnez des mauvais résultats, nous nous séparons. C’est écrit dans le contrat. Si les résultats ne sont pas bons, nous serons obligés de nous séparer » a averti Hugues Ngouélondélé.