Mathias Dzon dévoile son projet de société à un mois de la présidentielle

0
435

Critiqué pour faire campagne sans programme, le président de l’Alliance pour la République et la démocratie (ARD/opposition), premier secrétaire de l’Union patriotique pour le renouveau national (UPRN), Mathias Dzon, 73 ans, a dévoilé cette semaine à Brazzaville, son projet détaillé en plusieurs grands thèmes et déclinés en de très nombreuses mesures.

Ambition 25 : Consacrer sur les 5 prochaines années un minimum de 2000 milliards de FCFA, soit au moins 400 milliards de FCFA par an, pour la modernisation du système éducatif et du système de santé Congolais. L’allocation budgétaire des investissements publics à la santé et à l’éducation respectera toujours le seuil symbolique de 20% du budget de l’Etat. La santé et l’éducation sont les deux piliers les plus importants du développement d’une nation.

Ambition 26 : Ultra moderniser le CHU de Brazzaville, terminer la construction du nouvel hôpital militaire ultra moderne de Brazzaville (construit par AMS), construire 2 nouveaux CHU modernes à Pointe – Noire et à Ouesso, avec 2 nouveaux instituts supérieurs de santé dans ces 2 villes. Ces 3 CHU, le nouvel hôpital militaire de Brazzaville et les 3 Instituts supérieurs de santé, doivent avoir les niveaux de sophistication, d’équipement, de professionnalisation et d’organisation, conformes aux standards internationaux de qualité les plus élevés, et ce, en partenariat stratégique avec des structures internationales de santé de premier ordre.

Ambition 27 : Consolider et équiper 15 hôpitaux généraux à Brazzaville, Pointe – Noire, Oyo, Owando, Madingo – Kayes, Gamboma, Kinkala, Mayama, Boko, Ewo, Impfondo, Madingou, Dolisie, Sibiti et Djambala. Le seuil de confirmation du statut d’hôpital général sera fixé à 10 spécialités médicales, 7 spécialités chirurgicales et 10 services opérationnels par hôpital général. NB : L’hôpital général ce n’est pas les bâtiments, mais c’est le contenu, les équipements, les compétences humaines, etc.

Ambition 28 : Consolider une seule Université publique à Brazzaville, en fusionnant l’université Marien Ngouabi et l’université Denis Sassou N’Guesso, sur le site de l’université de Kintélé qui sera renforcé et encore agrandi. Cette nouvelle université unifiée et ultra moderne sera dénommée {Université Internationale de Brazzaville (UIB)}. {Précisons que l’ancien site universitaire du rectorat à côté du stade Alphonse Massamba-Debat sera transformé, pour accueillir un site ultra moderne et high-tech où sera organisé chaque année le Brazzaville International Electronic Show (BIES), une foire Africaine de l’économie numérique et des nouvelles technologies à vocation internationale. Ce nouveau site sera baptisé Cité high-tech Alphonse Massamba-Debat et constituera une sorte de Silicon Valley devant recevoir des entreprises numériques et chercheurs Africains dans l’informatique, l’électronique, le digital, l’internet, l’intelligence artificielle et la Cyber sécurité}.

Construire 3 nouvelles universités publiques ultra modernes à Pointe – Noire {Université Tchicaya U Tam’si}, à Dolisie {Université Pascal Lissouba} et à Ouesso.

Ainsi, nous aurons donc in fine quatre (4) Universités publiques ultra modernes aux standards internationaux les plus élevés, en termes d’équipements et de programmes d’enseignement, nous ferons venir des experts et formateurs du monde entier pour dispenser des cours dans ces universités.

Ces projets universitaires s’inscrivent dans une vision globale ambitieuse, celle de faire du Congo à long terme une « SmartNation », une nation intelligente et toujours innovante devant constituer un empire d’influences pour le reste de l’Afrique.

Ambition 29 : Construire un complexe scolaire public (primaire+collège+lycée) d’excellence et moderne dans chaque chef-lieu de département du Congo, en tenant compte de la consolidation des lycées d’excellence existants.

Ambition 30 : Equiper convenablement toutes les écoles publiques de la République, en veillant à ce que chaque localité administrative du pays ait des institutions scolaires dignes. Les programmes d’enseignement officiels seront régulièrement réévalués qualitativement tous les 4 ans.

Ambition 31 : Les meilleurs élèves et étudiants du pays seront intégralement pris en charge par la République et bénéficieront après leurs formations universitaires locales en Licence, de bourses internationales de Masters et Doctorats aux USA, en Chine, en Israël, au Japan, à Singapour et en France, pour parfaire leur formation et devenir des experts de Top niveau mondial dans leurs domaines de spécialités. En privilégiant les spécialités scientifiques et professionnelles indispensables au développement du Congo. L’Etat va garantir aux meilleurs cerveaux du Congo des postes de responsabilité à leur retour au pays. Il est temps que nos meilleurs esprits soient directement associés à la gestion du pays et au développement national.

Ambition 32 : Le taux d’alphabétisation qui a chuté à 80% ces dernières années doit redevenir supérieur à 95% d’ici 5 ans. L’enseignement public doit retrouver ses lettres de noblesse, car il s’agit de la base primordiale de tous les systèmes éducatifs performants du monde, en ce sens que l’enseignement public garantit un enseignement de qualité à tous les enfants quelles que soient leurs classes sociales, permettant leur ascension sociale future et leurs constitutions en ressources pour le développement des générations futures du Congo. Les taux de réussite aux examens d’Etat {CEPE, BEPC, BAC} seront les principaux indices de performance du système éducatif national, avec pour objectifs des taux de réussite supérieurs à 80% chaque année ; contre 15% à 30% actuellement et depuis plus de 20 ans (le concours d’entrée en 6ème sera supprimé). Nous ne devons plus accumuler chaque année des proportions importantes d’élèves en échec scolaire, c’est cela la responsabilité de l’Etat et non le prétendu écrémage théorisé cyniquement par certains responsables publics. Les programmes d’enseignements seront régulièrement révisés, afin qu’ils soient toujours en adéquation avec les évolutions scientifiques, professionnelles mondiales, et avec nos spécificités culturelles historiques. La liberté de l’enseignement privé sera confirmée, mais des normes de qualité et d’organisation très rigoureuses seront appliquées pour protéger notre système éducatif.

En vue de renforcer la connaissance des principales langues internationales et de consolider nos racines culturelles, les langues suivantes seront également enseignées à partir de l’école primaire :

__ Langues internationales : Anglais et Espagnole obligatoires sur tout le territoire national.

__ Langues nationales : Lingala et Kituba obligatoires sur tout le territoire national. Avec en option un dialecte dominant par département {exemple : Le Lari au Pool, le Téké aux Plateaux ou le Vili au Kouilou}. Nous aurons donc un système éducatif multilingue avec le Français pour langue officielle et de base de l’enseignement, car le Français constitue notre langue internationale de communication et d’accès aux sciences universelles.

Ambition 33 : Augmenter progressivement de 100% sur 5 ans la valeur du point d’indice des agents de l’Etat et respecter les effets financiers des avancements. Le SMIC sera fixé à 150.000 FCFA. Ambition 34 : La bourse locale des étudiants Congolais sera uniformisée et généralisée à 180.000 FCFA par mois avec des paiements réguliers pour soutenir l’ascension de la pépinière nationale. Nous allons automatiser l’enregistrement des nouveaux retraités et la programmation des paiements réguliers des pensions de retraite.

Ambition 35 : Instaurer une Allocation chômage de 150.000 FCFA par mois pendant 18 mois aux citoyens en fin de formation universitaire, professionnelle ou ayant perdu un emploi, afin de soutenir leur insertion ou réinsertion professionnelle.

Ambition 36 : Le programme Lisungi destiné aux populations les plus pauvres sera renforcé, par le dénombrement exact des familles vivant avec moins de 1000 FCFA par jour dans tous les départements du pays, puis par une Allocation de Solidarité Sociale de 150.000 FCFA par famille et par mois pendant 24 mois. Un accompagnement technico professionnel sera accordé à ces familles pour soutenir leur insertion dans des activités professionnelles, commerciales ou agricoles.

Ambition 37 : Les contrats de travail au Congo s’articuleront autour des stages (ne devant pas excéder 6 mois), des contrats à durée déterminée (CDD) et des contrats à durée indéterminée (CDI). Les services d’intérim, de location du personnel ou des travailleurs seront strictement interdits par la Loi, car ils renforcent la précarité sociale et l’insécurité du travail.

Ambition 38 : Défendre la doctrine de l’évolution sociale, politique et économique des femmes. Les femmes doivent être soutenues contre les violences multiformes ; elles doivent bénéficier de formations professionnelles accrues et d’insertion dans des mouvements citoyens pro démocratique ; elles doivent bénéficier des politiques de santé, d’accès à la contraception et d’autonomisation économique, afin qu’elles puissent jouer un rôle majeur dans la transformation démocratique, économique et le développement national.

Ambition 39 : La Jeunesse Congolaise (les moins de 40 ans) représentant 80% de la population, doit être le fer de lance de la révolution démocratique, citoyenne et économique du Congo. Des actions concrètes seront prises pour former, conscientiser et autonomiser les jeunes.

Nous initierons entre autres les actions gouvernementales suivantes :

a) Un quota de 1/3 sera fixé dans le futur Fond National pour l’Industrie et le Commerce (FNIC) pour le financement des projets d’affaires de qualité portés par des jeunes Congolais compétents.

b) L’Etat recrutera en 5 ans 25.000 jeunes formés.

c) Nous allons stimuler les entreprises privées à recruter des jeunes formés ayant moins de 40 ans, en réduisant pendant 5 ans à 20% (au lieu de 33%), l’Impôt sur les bénéfices des sociétés ayant 70% des effectifs constitués de jeunes de moins de 40 ans.

d) Des Instituts de jeunesse seront créés dans chaque chef-lieu de département à l’intérieur du pays, et dans chaque mairie d’arrondissement dans les grandes villes, pour conscientiser, conseiller, informer les jeunes Congolais sur toutes les nouvelles opportunités économiques et sociales.

Ces Instituts de jeunesse disposeront des bibliothèques et des centres informatiques, d’internet gratuitement accessible,  en outre ils offriront aux populations environnantes l’accès à internet gratuitement via Wifi dans leurs zones géographiques.

Source : lesechos-congobrazza.com