Les commerçants se plaignent de la mévente après les fêtes de fin d’année

0
423

A Brazzaville, juste après les fêtes de Noël et de la Saint-Sylvestre, le rythme de vente dans les marchés domaniaux de la capitale est au ralenti. Les commerçants se plaignent déjà de la mévente observée depuis le 1er janvier, qui impacte sur leurs chiffres d’affaires.

Les fêtes de fin d’année étaient une aubaine pour les commerçants de booster leurs chiffres d’affaires. Du 23 au 31 décembre 2022 l’on a pu constater l’affluence des clients dans les marchés pour s’approvisionner en denrées alimentaires, s’acheter des vêtements et bien d’autres articles encore afin de célébrer Noël et la Saint-Sylvestre. Depuis le 1er de ce mois en cours, cette atmosphère morose qui s’est installée occasionne la baisse des activités chez la plupart des commerçants.

« Nous avons quand même bien vendu lors des fêtes de Noël et la Saint-Sylvestre. Les magasins étaient fréquentés, chacun venait acheter les articles de son choix. Mais actuellement les activités tournent au ralenti, il n’y a plus d’acheteurs », fait savoir Sekou Dioubaté un vendeur des vêtements.

Pour un vendeur des vivres frais Christ Boukaka, dit le japonais, la période des fêtes de fins d’année est le seul moment où les commerçants peuvent se retrouver financièrement « Après les fêtes je vends, malgré le prix de marchandise qui sont en hausse, nous attendons que les les prix baissent », dit-il.

Certaines vendeuses de divers disent ne pas avoir réaliser de bénéfice. Elles affirment que les clients se sont plus focalisés sur les vêtements des enfants et les jouets.

« La vente n’a pas été fructueuse et la marchandise ne fait que s’abîmer. Nous serons   obligées de jeter une bonne partie des oignons à la poubelle. Ajouté à cela, ce gnetum africagnum dont les feuilles ont fini par pourrir », déplore Mirna Mbemba.

Les autres secteurs d’activités ont pratiquement gardé le même rythme de vente après avoir subi quelques faibles secousses. Tel en témoigne Wilfried Matiabou qui exerce dans une papeterie. « Nous avons connu un faible décalage entre le 25 et le 31 décembre où les gens se sont concentrés sur les vivres frais. Depuis le début de ce mois, nous avons repris notre rythme habituel. Les clients ne cessent d’arriver imprimer les bâches et des documents ».

Les jouets qui n’ont pu être écoulés durant la période des fêtes seront triés et rangés dans des dépôts en attendant décembre  2023.