Le Congo veut obliger Air France à revoir à la baisse les prix de ses billets

0
2629

Non seulement le service à bord n’est pas de qualité et que les appareils à destination du Congo ne sont pas confortables, Air France abuse sur les prix de ses billets qui oscillent entre 1300 et 1600 euros en classe économique. Au nombreuses plaintes des Congolais, le gouvernement par le biais du ministre de la coopération Denis Christel Sassou Nguesso s’apprête à contraindre cette société française à revoir à la baisse ses tarifs sur sa destination Congo.

En Guinée Équatoriale, les autorités avaient rappelé à l’ordre les compagnies aériennes espagnoles qui appliquaient des tarifs exorbitant entre Madrid et Malabo. Apeurées de perdre ce juteux marché, elles avaient obéi au gouvernement de Bata en réduisant considérablement leurs prix.

Pour justifier cette menace, le ministre Équato-guinéen des transports avait fait une comparaison des prix que ces sociétés appliquaient sur leurs destinations sud-américaines et Guinéenne. Pour 13 heures de vol entre Madrid et Buenos Aires, un passager payait à peine 800 euros en aller-retour alors que pour un Madrid-Malabo en 6heures de vol, il fallait débourser plus de 1000 euros.

Au Congo, Air France applique des tarifs qui lui sortent du nez. Pour un même trajet, le passager qui va à Pointe-Noire paie plus cher que celui qui va à Brazzaville. Un abus tant dénoncé par les passagers et jamais pris en considération par les autorités dont certaines sont soupçonnées de connivence avec Air France qui leur reverserait un pourcentage sur chaque billet vendu.

Un passager congolais parti de Brazzaville pour New-York via Paris par Air France a été sidéré de constater la différence du confort dans les deux appareils utilisés. L’Airbus desservant Brazzaville était délabré alors que celui qui l’a conduit à New-York reflétait un confort extra ordinaire.

Si Air France avait une petite considération pour ses passagers congolais à qui elle vend chère ses billets, elle mettrait à leur disposition des avions confortables. C’est à ce racisme aérien que le ministre Denis Christel Sassou Nguesso veut mettre un terme.

Il sera obligé à Air France d’ajuster à la réalité ses tarifs sur la destination Congo et de ne plus arnaquer les passagers.