Le clan Sassou revient à la charge contre Dangote pour son refus de blanchir leur 1 milliard de dollars

0
2391

Le milliardaire nigérian Aliko Dangoté qui a bâtit son empire de façon légale et qui peut se vanter de sa fortune dignement acquise est encore dans le collimateur du clan kleptomane au pouvoir au Congo. Le clan Sassou exerce depuis des pressions sur le nigérian afin qu’il facilite le blanchissement d’1 milliard de dollars détourné des deniers publics.

L’on se souviendra que la cimenterie Dangote Congo, basée à Mfila dans la Bouenza a cessé ses activités temporairement en 2022 prétextant la panne d’une broyeuse. En réalité, il s’agissait d’une mesure de représailles au chantage du clan Sassou sur le Nigérian. Après avoir constaté que la porte de devenir actionnaires leur était fermée par des conditions d’étique, les membres du clan Sassou n’ont pas voulu respecter le contrat signé avec Aliko Dangote.

Aliko Dangoté n’est pas né de la dernière pluie et n’a pas bâti son empire avec l’argent des détournements. Il doit tout à sa tête et la sueur de son front et ne peut s’agenouiller devant des gens qui doivent tout du vol des deniers publics de leur pays.

A Lagos, on note que le Congo n’a pas honoré à plusieurs de ses engagements, mais tente chaque fois d’imposer des travailleurs sur base clanique à Dangoté Cément. Avec une production de 2 millions tonnes annuelle, Dangoté Cement est la plus importante du pays, mais le clan Sassou préfère accorder des avantages aux deux autres cimenteries Chinoises qui ne produisent à peine que 300.000 tonnes par an.

« Tout cela parce qu’on a refusé que les membres du clan Sassou deviennent des actionnaires en y injectant de l’argent sale » confie un cadre de Dangoté. Un autre conflit qui oppose Dangoté au clan Sassou est la réhabilitation de la route Bouansa- Mouyondzi à partir du pont sur le Niari jusqu’à Mfila.

Les Nigérians ont pris la responsabilité de le faire, mais le clan Sassou y a opposé son refus, exigeant que Dangoté leur verse la somme de 5 milliards cfa afin que l’État le réhabilite. Connaissant le caractère escroc de ce clan, Dangoté a refusé demandant au Congo de prendre ses responsabilités.

Ces membres du clan Sassou qui faisaient déjà leurs programmes sur les 5 milliards ont déchanté et manifestent aujourd’hui leur fureur sur Dangoté.

Depuis le mois de février 2024, le clan Sassou qui ambitionne de blanchir la somme d’1 milliard de dollars mal acquis tente de convaincre l’homme d’affaires nigérian de mettre à leur disposition sa cimenterie pour la circonstance.

Aliko Dangoté a toujours exigé la traçabilité des fonds à injecter dans ses affaires, ce que le clan Sassou est incapable de produire. Du côté du Nigerian, on joue à la diplomatie et de l’intelligence en mettant le clan Sassou face au miroir. Les conditions posées par Dangoté pour un partenariat sont les suivantes :

– Justification de la provenance des fonds à injecter

– Dépôt d’une garantie dans une banque anglaise très strict dans le contrôle

-Un mémorandum reconnaissant que les fonds ne proviennent pas des détournements dans les caisses de l’État ou d’un marché quelconque impliquant les ressources a naturelles du pays

-Interdiction d’imposer à Dangoté des travailleurs ni recommandations dans ce sens

Visiblement le clan Sassou trouve excessif ces conditions et se réfugie sur le fait que le Congo est leur pays. Avec tous les milliards qu’ils ont, personne n’arrive à prouver la provenance légale de leur argent. Une bonne stratégie pour Dangoté pour éviter de servir de blanchisseur de l’argent sale du clan Sassou. Aliko Dangoté qui a menacé de fermer sa cimenterie de Mfila serait revenu sur des bons sentiments après un entretien avec le premier ministre Anatoloe Collinet Makosso.

La majorité des investisseurs étrangers qui viennent au Congo sont obligés de s’associer à un membre du clan Sassou Nguesso. Pourtant détenteurs de la fortune publique du Congo, les membres du clan Sassou échouent toujours dans leurs projets. Bon Boeuf, Ecair, Eco-Oil etc.