Le calvaire des agents de la Caisse de Retraite des Fonctionnaires (CRF) selon leurs propres témoignages.

0
1077

« En ces moments difficiles et fragiles que traverse notre pays le Congo , nous travailleurs de la CRF somme indignés de ce qui se passe dans cette administration, nous avons longtemps attendu un changement mais hélas ; car il s’est formé un cartel de personne qui s’enrichit pendant que nous travailleurs sommes témoins des différentes entrées d’argent au sein de la CRF malgré le non-virement des pensions.

À ce jour nous cumulons près de 30 mois de salaire impayé malgré le manque de virement des pensions auprès de l’État, nous savons que la CRF dispose d’un compte Dépôt à Terme (DAT), un compte Revolving et les cotisations des organismes assimilés pouvant permettre de payer les salaires des agents ne fussent qu’un mois sur deux ; mais cela n’est pas une priorité pour ce cartel que nous ici à la CRF appelons par « BRACONNIER » formé de la directrice Financière (NDELEGUO Hélène NDINGA) déjà retraitée et du Chef de Service Équipement et Budget (ITOUA Claver David) les seuls à la CRF ayons le privilège à proposer de la gestion d’argent sellons leurs intérêts auprès du Directeur Général de la CRF.

« Nous, avons souffert et aujourd’hui c’est notre tour de jouir » voilà les propos hautains que tient ce cartel devant certains travailleurs, et comment ne pas être offensé ? lorsque nous voyons le luxe qu’ils se payent pendant que nous n’avons pas de salaire.
La Directrice financière, comptable de formation comptable gère l’argent de la CRF comme si c’était son argent du marché, chaque semaine nous voyons des agents du cadastre venir déposer des titres fonciers des maisons qu’elle achète dans tout le Congo pour ne citer que ça !
Comment attendre un changement pendant que la majorité des cadres de la CRF sont des retraités, qui pour certains touchent déjà leurs pensions et ne veulent pas intégrer leurs nouveaux statuts.

Nous nous sommes abstenus de donner certains détails mais s’il faut y arriver à cela pour que ce cartel arrête de jouer avec nos vies. Nous les travailleurs de la CRF somment témoins de la magouille que vous faite ».


À bon entendeur, salut !

( Collectif des travailleurs )