Jean Jacques Bouya, super ministre des finances bis, chargé de suppléer Ondaye?

0
1244

La note de service commise par le premier ministre, Anatole Collinet Makosso, sur « les très hautes instructions du Président de la République « , dépouille Jean-Baptiste Ondaye de sa prérogative de mobilisateur de la trésorerie de l’Etat, en sa qualité d’argentier du Congo.

« Conformément aux très hautes instructions du Président de la République, Chef de l’État, il est mis en place, sous la supervision du Premier ministre, Chef du Gouvernement, un groupe de travail adhoc chargé de la mobilisation de la trésorerie de l’État… », lit-on sur la note de service du premier ministre, Chef du gouvernement, Anatole Collinet Makosso.

Le groupe de travail, qui a, entre autres missions, de proposer une matrice de mesures immédiates en matière d’équilibre budgétaire, est dirigé par Jean Jacques Bouya, le ministre d’Etat, ministre de l’amenagement du territoire, des infrastructures et de l’entretien routier.

À la lecture de cette note, tout porte à croire que c’est désormais Bouya, en lieu et place de l’argentier congolais Jean-Baptiste Ondaye, simple membre de ce groupe de travail, qui s’adjuge ainsi une partie des prérogatives dévolues au ministre des finances. Le fait n’est pas nouveau.

Pour la petite histoire, peu de gens savent que c’est Jean Jacques Bouya, alors délégué général aux Grands travaux, et Denis Gokana, conseiller aux hydrocarbures du président de la République, qui avaient, à la suite de la defénestration de Rigobert Roger Andely, conduit le Congo dans l’atteinte du point d’achèvement de l’initiative des pays pauvres très endettés(Ppte). Et pour cause, selon certaines indiscrétions, (feu) le ministre des finances Pacifique Issoïbeka, successeur de Rigobert Roger Andely, au ministère des finances, avait adopté une démarche peu rassurante dans le cadre de l’atteinte de ses objectifs( En Afrique, on ne parle pas des morts)…

Le tendem Bouya-Gokana a donc été mis à contribution par le président de la République pour contourner les insuffisances de l’argentier congolais de l’époque.

Résultat: les conseils d’administration de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international (FMI) avaient approuvé respectivement le 26 et le 27 janvier 2010, le dossier de la République du Congo relatif à l’allègement de la dette au titre de l’initiative en faveur des Pays pauvres très endettés (PPTE). La République du Congo devenait ainsi le 28e pays à atteindre le point d’achèvement de l’Initiative PPTE.

Bouya, reconnu comme l’un de ceux qui chuchotent à l’oreille du Chef, réussira t-il, dans le cadre du mini remaniement- en préparation – de l’équipe gouvernementale, à placer celui que des langues revêches de Brazzaville présentent comme son poulain, Ludovic Ngatsé, à la tête des finances ? Seuls ceux qui ont 4 voire 6 yeux peuvent y répondre.

A. Ndongo, journaliste économique et financier