Italie: le gouvernement adopte un décret répressif contre les jeunes migrants

0
846

L’Italie veut renforcer les contrôles sur les mineurs étrangers non accompagnés. Giorgia Meloni, le présidente du Conseil des ministres, l’avait annoncé. Et mercredi 27 septembre, le gouvernement a adopté un décret qui prévoit notamment l’expulsion des jeunes étrangers s’ils ont menti sur leur âge réel. Il y a actuellement 21 000 mineurs non accompagnés dans le pays, dont 85% sont des garçons. Leur nombre augmente au fur et à mesure qu’augmentent les débarquements de migrants dans la péninsule.

Le gouvernement italien choisit de combattre ce qu’il estime être des abus de droit. Désormais, en Italie  les jeunes étrangers isolés incapables de prouver leur âge réel seront soumis à des tests médicaux et anthropologiques. Si ces tests ne confirment pas qu’ils ont moins de 18 ans, ils seront expulsés.

En cas d’arrivées massives de migrants, comme ces dernières semaines, si les centres d’accueil de mineurs sont pleins,  les jeunes de 16 à 18 ans pourront maintenant être placés dans des centres pour adultes pour trois mois maximum. Une pratique d’autrefois pour laquelle l’Italie a pourtant été condamnée par la Cour européenne des droits de l’homme.

Autre nouveauté : les étrangers jugés trop dangereux pour l’ordre public pourront être expulsés, même s’ils ont un permis de séjour. Seule contrepartie à ce tour de vis : l’Italie étend à toutes les femmes, et non plus seulement aux femmes enceintes, un statut privilégié dans l’accueil.