Iran: le procureur général annonce la suppression de la police des mœurs

0
398

Près de trois mois après le début du mouvement de contestation, suite à la mort de Mahsa Amini en septembre dernier, cette jeune Kurde iranienne lors de sa détention par la police des mœurs, le procureur général iranien a annoncé la disparition de cette police.

« Ceux-là même qui ont créé la police des mœurs l’ont démantelée », a annoncé laconiquement le procureur général du pays, l’hodjatolislam Mohammad Jafar Montazari. Ces dernières années, l’action de la police des mœurs était dénoncée pour des arrestations violentes de jeunes femmes mal voilées.

Connue sous le nom de Gasht-e Ershad qui signifie « patrouilles d’orientation » en persan, la police des moeurs a été créée en 2005 sous l’ancien président ultraconservateur Mahmoud Ahmadinejad. Elle est formée d’hommes en uniforme vert et de femmes portant le tchador noir, qui couvre la tête et le haut du corps. Cette unité a commencé ses premières patrouilles en 2006.

Durant toutes ces années, son action a été critiquée par les réformateurs et les modérés, notamment lors du mandat du président Hassan Rohani. Cet été, le président Raissi a annoncé de nouvelles restrictions vestimentaires et donc un renforcement de l’action de cette police. Mais hier, samedi, il a évoqué un possible infléchissement dans la mise en application des lois. 

Les manifestations ont commencé en septembre pour protester contre la mort de Mahsa Amini arrêtée par cette même police des mœurs pour mauvais respect du port du voile islamique. Ensuite, elles ont pris une tournure politique avec des slogans beaucoup plus durs contre les dirigeants iraniens et le pouvoir islamique, faisant des centaines de morts. Hier samedi, le ministère de l’Intérieur a fait état de plus de 200 morts depuis le début des manifestations, en incluant les membres des forces de sécurité, les manifestants, mais aussi des membres des groupes armés qualifiés de contre-révolutionnaires

Une amende pour port non conforme du voile ?

Dans le même temps, le procureur général a annoncé que le Parlement et une autre instance, dirigée par le président Ebrahim Raissi, travaillaient sur une modification de la loi sur le port obligatoire du voile islamique sans toutefois préciser dans quel sens le texte sera modifié. Le résultat sera annoncé d’ici quinze jours.

Selon un député, la police pourrait cesser toute arrestation et mettre en place des amendes pour non-respect du voile. De fait, ces dernières semaines, on voit de plus en plus d’Iraniennes, en particulier des jeunes, non voilées sans que les forces de l’ordre interviennent. Certaines femmes se promènent dans la rue en pantalon et avec une simple veste, sans même avoir sur elles un simple foulard au cas où la police leur ferait des remarques.

Appels à manifester à partir de demain lundi

Ces annonces interviennent alors que des appels ont été lancés pour trois journées de manifestations et de grève à partir de lundi. Ces appels ont été partagés sur les réseaux sociaux par des activistes et des groupes inconnus pour trois jours de manifestations et de grève entre lundi et mercredi. Certains de ces appels invitent les protestataires à s’armer et attaquer les centres vitaux du pouvoir.

Autre annonce ce dimanche, celle de l’exécution de quatre personnes, qualifiées de « voyous » et exécutées par pendaison pour destruction de biens publics et enlèvement. Selon les médias iraniens, ces quatre individus ont également été reconnus coupables de liens avec les services de renseignements israéliens.