Internet : la fibre à haut débit ? C’est dans la boîte ! Oui mais non !

0
1152

De quoi péter un câble ? Y a pas loin ! Depuis le début du mois d’août Canal Box Congo diffuse ses mégabits au compte-gouttes et ses abonnés, comme sous perfusion, y perdent leur sang froid !

Epinglé à la une sur ses réseaux sociaux, le post de Canal Box Congo avertissait le 8 août ses clients : « Nous portons à votre connaissance qu’à la suite d’un incident sur un câble fibre optique international, les perturbations seront constatées sur la qualité de nos services. Nous nous excusons pour le désagrément que cela va causer ». Soit. Commençons par préciser que la norme est d’écrire « excusez nous » plutôt que de s’auto-excuser. Bref, ce n’est là qu’un léger détail dans une communication qui va s’avérer de jour en jour déficiente, voire provocatrice. Car, là où le bât blesse, c’est qu’à ce jour, les graves perturbations n’ont trouvé aucun remède et la communication de Canal Box Congo reste aussi figée que ce post épinglé, au plus grand mécontentement des clients.

La communication de crise n’est assurément pas au Congo Brazzaville la tasse de thé des entreprises et on a pu s’en rendre aisément compte avec Energie électrique du Congo ou Océan du Nord par le passé. Soit. Pour autant faut-il pour Canal Box Congo publier, avec une totale indifférence des conséquences de cette perturbation qui ne fait que durer, des posts hautement flatteurs qui viennent profondément irriter la toile ?  « On est là, on rit, tu ris, est-ce que tu as déjà ton box ? », « Profitez de vos moments en famille, Canal Box la Fibre familiale », « On monte le son sans jamais perdre la connexion. On danse au rythme du très haut débit ». La vérité est que personne ne rit, qu’il n’est plus possible de suivre un film en streaming ou un match de football en famille et qu’on s’endort en dansant un slow sur le très bas débit.  Et si il y a un son qui monte c’est bien celui de l’indignation générale.  La seule chose qui tienne est de payer son abonnement au prix fort, Canal Box Congo oubliant le moindre geste commercial qui aurait pu faire valoir un signe d’apaisement avec sa clientèle. Que nenni.

On ne peut naturellement que compatir aux incidents auxquels Canal Box Congo, tombé en disgrâce et qui nous avait pourtant habitué au meilleur, doit faire face mais, à lire les nombreux commentaires de sa clientèle excédée, on ne peut qu’également mesurer le préjudice causé à titre personnel ou familial et, plus grave encore, dans le milieu professionnel, à l’ère où Internet est au centre de très nombreuses activités économiques. Il ne reste plus qu’à prendre le mal en patience, patience dont on sait qu’elle est une vertu cardinale en République du Congo.