Interculturalité : des Afro descendants attendus au Congo

0
392

Cinquante-huit Afro descendants arrivent à Brazzaville la soirée du 11 décembre, en précédant plus de huit cents attendus. L’annonce a été faite à la presse par la chargée de mission spéciale auprès des religions, messagère du créateur suprême auprès de la race noire, Howshea-Havah Myriam Bokoseko Elikyamoyi, à l’issue d’une séance de travail avec le président délégué du collège exécutif de l’église kimbanguiste en République du Congo, le révérend Benjamin Abialo.

Plus de huit cents personnes se sont enregistrées pour s’installer définitivement au Congo. Dans un premier temps, cinquante-huit d’entre elles sont en train de venir pour les négociations afin de s’imprégner de leur spiritualité d’abord. Comme ce sont des croyants, ils ont besoin de se connecter d’abord à l’envoyé spécial du créateur suprême du Yahvé Elohim, Simon Kimbangu, puis aux chefs coutumiers, et enfin, l’église et les chefs coutumiers manageront pour que ces Afro descendants entrent en contact avec le gouvernement afin de préparer leur retour définitif.

« Je me retrouve ici pour ramener les Afro descendants à leur source parce que la prophétie qui m’a été mandatée de préparer le peuple africain au retour des Afro descendants est accomplie. Il faut donc retourner la prophétie à sa source, et la source de cette prophétie dans le Bassin du Congo c’est Simon Kimbangu. Ils seront dans un premier temps pris en charge par leur famille, les Kimbanguistes », a déclaré Howshea-Havah Myriam Bokoseko Elikyamoyi.

Elle a annoncé qu’un congrès prophétique se prépare et aura lieu au Centre d’accueil kimbanguiste de Kasavubu, à Kinshasa, en République démocratique du Congo (RDC). Après, se tiendra une convention panafricaine qui regroupera les rois d’Afrique et le corps prophétique. Par la suite, ils iront à Nkamba, en RDC, avant de revenir à Brazzaville, et enfin se rendre à la Baie de Loango, dans le département du Kouilou, où ils avaient été déportés pour d’autres cieux.

Les chefferies étant impliquées dans cette démarche, le royaume Loango a envoyé son émissaire, Batota Kissala, qui a participé à la séance de travail. « J’ai été commis par le royaume Loango, précisément par le régent Tchicaya (intérimaire du roi), qui assure les affaires courantes après le décès du roi et du Premier ministre. C’est lui qui est à la tête de ce projet pour accueillir les Afro descendants. Le royaume a déjà réservé cent terrains qu’il va offrir aux Afro descendants qui voudraient bien s’installer définitivement à Loango », a-t-il fait savoir.

Pour Batota Kissala, la particularité de cette démarche, c’est que cette fois-ci le régent qui est le représentant du royaume Loango a donné sa parole pour procéder à l’approche du pardon. Car dans ce drame, beaucoup de gens veulent demander seulement les comptes aux Blancs. « Avant de demander les comptes aux Blancs, nous-mêmes Africains devons faire l’autoréparation en procédant par un pardon mutuel, parce que nous devons le reconnaître, des rois s’étaient opposés à l’esclavage, mais il y en a qui ont eu cette faiblesse de céder et des royaumes ont prospéré dans ce commerce hideux, parce que les courtiers qui allaient prendre les esclaves à l’intérieur c’étaient bel et bien des noirs. Et pour cela, le roi s’est engagé à demander pardon au nom du royaume et a aussi sollicité le pardon des Afro descendants pour tout le mal que nous avions fait… », a-t-il expliqué.

Il a souligné que la particularité de cette cérémonie sera le côté pardon qui rejoint la philosophie et même la doctrine des Kimbanguistes.