Hugues Ngouolondele a menti sur la FIFA au nom de Sassou Nguesso

0
1144

C’est le résultat de nommer à des postes de haute responsabilité des personnes incompétentes. Le ministre en charge des sports, Hugues Ngouélondélé avait indiqué le 4 juin à Brazzaville que les Diables Rouges seront forfait pour le match qui allait les opposer le 6 juin au stade des Martyrs de Kinshasa au Mena du Niger. Aujourd’hui on apprend que la FIFA vient de sanctionner lourdement le Congo pour ce forfait volontaire alors que le ministre Ngouondélé affirmait bénéficiait du quitus de cette organisation dans la prise de cette décision. Il impliquait même le président de la République dans cette affaire qui s’était avérée être un mensonge de plus de cet incompétent ministre.

La Fédération congolaise de football vient de se voir infliger de lourdes sanctions par la FIFA pour ne pas s’être présentée à son match des éliminatoires de la Coupe du monde 2026 contre le Niger. 

 Tout d’abord, la FIFA a déclaré le match Congo-Niger, initialement prévu le 6 juin 2024, comme perdu par forfait 3-0 en faveur de l’équipe du Niger.  « Conformément à l’art 58 du Code disciplinaire de la FIFA, le match Congo-Niger est déclaré perdu par forfait 3-0 par l’Équipe nationale du Congo », a informé l’instance mondiale du football. 

 En plus de cette défaite par forfait, la Fédération congolaise a également été condamnée à une lourde amende. « La Fédération congolaise de football est condamnée à une amende d’un montant de 6 847 900 Francs CFA », a précisé la FIFA. 

 Les Diables Rouges, qui ont tout de même honoré leur match contre le Maroc quelques jours plus tard (défaite 6-0), peuvent toutefois s’estimer « heureux » d’éviter une disqualification pure et simple des éliminatoires de la Coupe du monde 2026, dans le Groupe E

Après quelques jours d’incertitude où les supporters congolais espéraient voir leur onze national au stade Massamba Débat, l’annonce du ministre des sports sur la décision du gouvernement d’accepter un forfait contre le Niger, au motif que le refus des Nigériens de venir jouer à Brazzaville était une sorte d’affront contre la volonté des autorités politiques congolaises qui voulaient que le match soit délocalisé de Kinshasa à Brazzaville à deux jours du match. «Ce matin par WhatsApp, j’ai reçu un message du ministre des Affaires étrangères du Niger qui me dit que, contrairement à ce que le président a annoncé hier, l’équipe du Niger ne viendra pas jouer à Brazzaville. Il maintenait l’équipe à Kinshasa. J’en ai rendu compte au président de la République et la décision qui s’ensuit est que l’équipe nationale du Congo n’ira pas non plus jouer à Kinshasa. Nous acceptons le forfait », a expliqué le ministère Hugues Ngouélondélé, lors d’une conférence de presse.

Cette décision du gouvernement par le biais du ministre en charge des sports, est intervenue après des tractations menées par le ministre Ngouélondélé, expressément sur instruction du Président Denis Sassou N’Guesso à trois jours du match. De tractations qui auraient été un succès avant la surprise du ministre des affaires étrangères comme indiqué précédemment. « Nous avons bien voulu négocier avec la fédération du Niger pour délocaliser le match de Kinshasa à Brazzaville. Le président de la Fédération nigérienne de football (FNF) nous a dit que cette décision devrait être prise par la haute hiérarchie.

Le président de la République Denis Sassou N’Guesso m’a mis en mission au Niger. J’ai été reçu le 3 juin par le Premier ministre de ce pays et le Président de la République du Niger qui a donné son accord, rassurant son homologue congolais que les instructions seront données pour que le match se joue finalement à Brazzaville », a affirmé le ministre en charge des sports.