Hués et traités de voleur par un groupe de collégiens, Jean Jacques Bouya répond que « Dieu vous voit, je ne suis pas voleur ! »

0
2882

Quand les enfants de ta propre contrée commencent à te traiter de voleur en public, c’est que les évidences sont claires. Jean Jacques Bouya a été hué et traité de voleur par un groupe de collégiens l’ayant aperçu à Kintélé. Humilié, le bâtisseur de la Cuvette a rétorqué à ces jeunes que Dieu voyait tout et lui n’était en aucun cas un voleur ! Un déni total de ce qu’il est réellement.

Le grand problème avec les dirigeants du Congo est de croire qu’ils ne sont pas des voleurs et que l’argent du pays qu’ils volent est un droit. Ce n’est plus anodin de voir tous les nouveaux riches grâce au pillage des caisses de l’État exiger respect, considération et des éloges.

Les voleurs sont tellement glorifiés dans les chansons qu’ils oublient être semblables aux voleurs lambda, le plus souvent bastonnés dans les quartiers. Eux par contre plus pires vu que l’argent qu’ils volent empêchent à l’État à s’assumer pleinement sur des questions sociales.

Le ministre de l’aménagement du territoire a fait les frais de son cachet de voleur à Kintélé dans la banlieue nord de Brazzaville. Un groupe de collégiens qui l’ont aperçu n’ont pas hésité à huer sur lui en le traitant de voleur. Accompagné juste de deux gardes, Jean Jacques Bouya n’a pas voulu engager la force contre ces enfants en privilégiant la pédagogie pourtant peu recommandable pour lui.

Bouya a fait savoir à ces jeunes que lui n’était pas un voleur et juré n’avoir jamais volé un seul franc de l’État. Il a par ailleurs osé mettre le nom de Dieu qui serait l’unique véritable témoin de son intégrité.