Deux parisiens partis à Brazzaville livrer leurs donbass pour de l’argent abandonnés dans une auberge

0
1964

Autrefois, ce sont des filles de France qui se rendaient à Brazzaville en mode occasion d’Europe des nouveaux riches du pays pour leur servir de jouets sexuels. Aujourd’hui, ce sont certains hommes de France qui font le voyage du Congo pour livrer leurs anus en contre-partie des espèces sonnantes et trébuchantes. Deux d’entre eux, sont actuellement abandonnés dans une auberge de Makélékélé par ceux qui les ont fait venir. Après avoir abusé d’eux lors des partouzes, ils n’ont reçu que des miettes et sont incapables de payer leur logement.

Des intermédiaires qui agissent en commissionnaires et « Muconfia » des nouveaux riches du Congo captent des potentiels candidats à l’homosexualité en France avant de les convaincre de faire le voyage du Congo. Des promesses mirobolantes leurs sont faites et un acompte leur est versé avant de prendre l’avion.

Les loges diaboliques qui se sont installées au Congo, obligent leurs adeptes à des pratiques peu catholiques dont l’homosexualité. Ayant épuisé leurs victimes locales, les obscurantistes du Congo sont désormais à la recherche d’une nouvelle marchandise basée dans la diaspora.

Des assoiffés d’argent et marginaux de la société en France sont disposés à livrer leur Donbass au Congo si et seulement tout se passait en toute discrétion. Un congolais vivant à Blois, un autre à Orléans et un troisième dans la région parisienne forment cette équipe des commissionnaires de ces pervers du Congo.

C’est l’un d’eux qui accusent les deux parisiens abandonnés dans une auberge de Makélékélé d’être responsables de leur propre malheur en violant délibérément les consignes assignées par leurs pervers du pouvoir. Au lieu de se contenter que de livrer leurs fesses à ceux qui les ont fait venir au Congo, les deux parisiens se seraient comportés en « évadés » à Brazzaville et Pointe-Noire avec d’autres caciques du pouvoir.

Très jaloux de partager leurs fesses venues de France avec d’autres obscurantistes, ils ont arrêté de payer l’auberge des deux parisiens et coupé tout contact. Le plus triste est que l’un des parisiens vit avec une femme en France avec laquelle ils ont deux enfants.