Dans les coulisses de l’enquête parlementaire sur le CHUB

0
1282

Qui à commanditer l’enquête ?, Pour quel but ?, et pour déstabiliser qui?

Dans le cadre de ses missions, l’Assemblée nationale exerce le pouvoir de contrôler l’action du gouvernement. Cela se passe par différents moyens d’information à l’instar de la question orale, l’interpellation, l’audition en commission, l’enquête parlementaire etc. Mais c’est sur l’enquête parlementaire que nous allons nous appesantir en vue de tirer déjà la sonnette d’alarme à quelques interrogations qui ne cessent de défrayer la chronique de l’enquête parlementaire sur le Centre hospitalier et universitaire de Brazzaville.

D’après des informations en notre possession, émanant de différentes auditions de l’enquête parlementaire sur le Centre hospitalier et universitaire de Brazzaville (CHUB), cela apparait tout simplement bizarre. Qui à commanditer l’enquête ?, pour quel but ?, et pour déstabiliser qui ?

D’après notre investigation, cette enquête du CHUB aurait été commanditée par le ministre de la Santé et de la population, via le premier secrétaire de l’Assemblée nationale, qui aurait dans la mesure du possible convaincu le président de la chambre basse du parlement, Isidore Mvouba de la nécessité de cette enquête. Toujours dans le cadre de nos investigations, cette même source, c’est-à-dire le ministre de la Santé, serait à l’origine de l’attaque sur le mari de la nièce du Président par la Matinale de Décaux, (une animation quotidienne axée essentiellement sur l’actualité du Congo diffusée depuis Paris sur les réseaux sociaux notamment Facebook).

Alors dans tout cela, que cherche le ministre de la Santé et de la Population en s’en prenant aux enfants de son maître ??

Par ailleurs, nous avons également appris le mardi 27 février lors de l’audition, toujours à propos de cette enquête, que la plupart des marchés étaient attribués aux enfants du Président. Le cas par exemple en ce qui concerne l’entreprise ENCO, le taux de réalisation n’est que de 5%, alors qu’elle a reçu 3 milliards deFCFA.

Au-delà de tout ça, quelle est la face cachée de cette enquête du CHUB?

Affaire à suivre

Arsène MINAKA