Ces ministres-incapables qui nous gouvernent et qui se cachent derrière Sassou N’Guesso leur « père »

0
1017

Mon grand problème avec ces incapables, ce n’est pas nécessairement leur « ton » négatif ou encore leur capacité à raconter des balivernes en état d’ivresse de joie voire alcoolique, mais à ne pas cacher leur idiotie. Mon grand problème encore, c’est leur manque d’ambitions, leur manque de vision et de solutions concrètes pour le pays en se cachant derrière le président Denis Sassou Nguesso comme leur père personnel, alors qu’il l’est pour tous les congolais du nord au sud et de l’Est à l’Ouest.

Faisant la promotion de ses biceps, le torse bombé, un ministre de la république du gouvernement Makosso, reconduit à la faveur de « Dieu son père » se glorifie dans une vidéo qui circule sur les réseaux sociaux que Sassou Nguesso c’est son père. Donc, il ne pouvait qu’être reconduit. Aux jaloux de mourir s’ils le veulent bien. Par là, on peut comprendre que tous ceux qui ont été éjectés du gouvernement n’ont pas pour Père, le président de la république Denis Sassou N’Guesso. Dans ces conditions, Sassou N’Guesso, n’est plus le père de tous les congolais, mais à lui seul.  Attendons donc de voir au prochain gouvernement tous les Sassou et Nguesso selon la logique de ce ministre qui gère et pourtant un département sensible.  Quel est donc cet investisseur qui viendra investir au Congo sachant que celui qui devrait garantir les droits est aussi faible et banal ?

Boouuum boummm ! C’est notre père, il est là (dans le cœur) ; si vous voulez faire du mal à Sassou, vous marcherez d’abord sur nos corps, voilà ».  Un autre ministre prends le relais «  tout ce qu’on fait, n’a jamais été la volonté des ministres, ministre que je suis, je n’ai pas de vision, je n’en ai aucune. C’est la vision du Chef de l’Etat et nous on se bat, pour matérialiser la vision du Chef de l’Etat ». Ce sont des propos qu’on peut bien entendre dans cette vidéo qui fait le tour des réseaux sociaux.

Oh Ignorance quand tu nous prends

C’est cette dragée amère, doublée d’un cocktail d’incompétences, qui a été servi aux congolais via les réseaux sociaux après que le nouveau gouvernement ait été rendu public au moment où la nomination d’Anatole Collinet Makosso comme premier ministre a été accueillie par des tonnerres d’applaudissements en une coalition des masses populaires prouvant son acceptation par le peuple. Ce peuple qui a attend la solution aux problèmes d’eau, d’électricité, de justice, de santé… Cette manière de fêter la reconduction dans une équipe gouvernementale, serait à entendre certains observateurs qu’un délicat breuvage idiotement et maladroitement concocté afin de soigner cette “incompétence” orchestrée par les ‘’charlatans politiques’’ dont les congolais ne retiennent que déboires indescriptibles jamais enregistrés au pays.

Drapés d’un peu d’autorité, certains troubadours au sommet de la république jouent infus avec la vie des autres. Quelle naïveté pour ceux qui hissent de tels humanoïdes au podium. Sous d’autres cieux, publier de telles vidéos barbares sur les réseaux sociaux n’est qu’un théâtre monstrueux, pouvant coûter une destitution. Tenez ! Pour avoir trompé le peuple à travers des propos discourtois, mensongers, et dénués de tout fondement, a conduit bien des acteurs publics à la déchéance. D’autres ont été lunchés à la vindicte populaire. Bof !  Oh, ignorance, quand tu nous prends ! Le président Dénis Sassou Nguesso, l’homme qui se bat aujourd’hui contre les antivaleurs et qui a promis aux congolais lors de la dernière investiture de prendre tout son courage et faire face à certaines imbécilités en créant la rupture. D’où est donc caché ce courage et comment le mettre en musique ?

Sociologiquement, il faut reconnaître que l’auteur de cette de cette vidéo (ayant éploré bon nombre de congolais de tous bords) est semble-t-il un militant de la nouvelle république, un des représentants de la loi. A travers ces propos ignobles pour une autorité de cette catégorie-là, les congolais commencent à comprendre quelle est  véritablement la place de la justice au Congo. Serait-t-il une erreur de jeunesse politique ou un acte de vieillesse ? La question reste entière et c’est le côté caché de l’iceberg. 

Et pourtant, au Congo, on compte plusieurs des vieux politiciens intellectuels et respectables. Pourquoi diantre ne veulent-ils pas encadrer les politiques nouveau-nés ?  Est-ce un conflit de génération, ou tout simplement l’immaturité politique ? Si c’est le cas, alors repartons aux urnes et le vrai peuple décidera.

Par Rufin MAHINGA ( polelepolele.com)