40 postes de transformation réhabilités pour améliorer la désserte de Brazzaville et Pointe-Noire

0
593

Entre 2013 et 2016, le Congo-Brazzaville n’a injecté que 1,2 million $ dans l’électricité, une situation ayant inquiété la Banque mondiale en 2018 qui depuis s’efforce de mieux soutenir le pays.

La société Energie électrique du Congo (E2C) a reçu mercredi dernier quarante postes de transformation électrique moyenne tension (MT) et basse tension (BT) réhabilités. Vingt-cinq de ces postes sont destinés à Brazzaville et quinze à Pointe-Noire pour leur mise en service.

Les postes de transformation ont été réhabilités dans le cadre du Projet eau, électricité et développement urbain (Peedu), cofinancé par le gouvernement et la Banque mondiale. Les travaux de réhabilitation ont duré trois mois et ont nécessité un investissement de plus de 10,7 millions $. Plus de 7 millions $ ont été dépensés pour les postes de Brazzaville et plus de 3,5 millions $ pour ceux de Pointe-Noire.

Ces postes serviront à améliorer la desserte électrique des quartiers, à renforcer les réseaux existants et à mettre fin aux coupures de courant. Selon Jules Saturnin Souka, directeur de la distribution à l’E2C, la réhabilitation de ces postes permettra de fournir de l’électricité à plus de trois cents mille abonnés dans les 2 villes. « Après la mise en service de ces transformateurs, nous accompagnerons ce travail par la pose des compteurs afin que chaque citoyen profite de cette ressource énergétique », a-t-il précisé.

A travers ce projet, l’E2C compte améliorer et augmenter le circuit de distribution et de production de l’électricité. Le projet Peedu a été initié pour accroître l’accès durable aux infrastructures de base, à l’eau potable et à l’électricité pour les habitants des zones ciblées de Brazzaville et Pointe-Noire.