Société Durquap : Reprise des travaux dans les chantiers des voiries

0
235





Les travaux des chantiers des voiries du projet de Développement urbain et de restructuration des quartiers précaires (Durquap) de Brazzaville et Pointe-Noire, suspendus le 16 octobre dernier, ont redémarré le 6 novembre, a annoncé l’expert en communication dudit projet, M. Dan Horphet Ibiassi.




Il a fait cette annonce lors d’une conférence de presse tenue le 14 novembre dernier, au cours de laquelle il a présenté l’état d’avancement des travaux depuis leur lancement. A cette occasion, il a indiqué que ces travaux ont été suspendus à cause des irrégularités constatées, entre autres dans la gestion effective des contrats liant les entreprises au projet, dans la mission menée par le bureau de contrôle et dans les mesures de sauvegarde environnementale et sociale.

Après l’analyse du rapport de la mission de l’équipe du projet, la Banque mondiale a suggéré de suspendre immédiatement les quatre projets pour une meilleure conduite dans le futur et a élaboré 13 recommandations à mettre en œuvre avant de réouvrir les chantiers, a expliqué, M. Ibiassi.

 Selon lui, le projet n’a pas un souci de trésorerie, comme l’ont laissé entendre certains. «Les financements sont disponibles pour les travaux, quels qu’ils soient. Le projet a redéfini l’agenda des travaux et réunit les conditions. On ne peut pas se permettre d’avancer dans les erreurs et de courir plus de risques», a-t-il ajouté.

A ce jour, le niveau d’exécution respectif des 4 lots des voiries est de 15% pour Sukissa, 25% pour Moukoudzi-Ngouaka à Brazzaville, 55% pour Mboukou et 46% pour Tchiniambi 1 à Pointe-Noire, tandis que le marché domanial de Sukissa à Brazzaville est exécuté à 40%, a fait savoir M. Ibiassi.

Pour lui, les chantiers de Pointe-Noire avancent un peu plus vite que ceux de Brazzaville, car les lancements officiels des travaux n’ont pas été faits à la même période. Il s’agit du mois de mai pour les premiers et d’août pour les seconds. «Les premières livraisons d’ouvrages pour les 5 Kilomètres des voiries et le marché domanial devraient se faire autour de la période février-mai, avant la clôture du projet prévu en mai prochain», a-t-il dit.

Les chevaliers de la plume participant à la conférence de presse du projet Durquap

Par ailleurs, il a annoncé qu’au-delà des travaux en cours, le projet Durquap envisage de construire à Brazzaville un centre intégré et une aire de jeux à Sukissa, de réhabiliter les écoles ‘’la Sorbonne’’ et ‘’Malonga écoute’’ de Moukoudzi-Ngouaka. A Pointe-Noire, il compte réaménager le stade ‘’Tata Loboko’’ et l’école ‘’Pambou Benjamin’’ à Mboukou, ainsi que l’école ‘’Mountou Mavoungou’’ et le marché de Tchiniambi 1.

En outre, grâce à la composante d’intervention d’urgence (Cerc), ce projet entend réaliser à Brazzaville et à Pointe-Noire d’autres projets, parmi lesquels la sensibilisation de la population sur la Covid-19, le curage et le faucardage de quelques rivières et collecteurs de Moukoudzi-Ngouaka, de Sukissa, des quartiers Songolo et Mboukou et la désinfection des établissements de l’Université Marien Ngouabi (Umng).




«Intégrée en avril dernier, la composante Cerc répond aux urgences générées par les effets des crises ou catastrophes, tout en protégeant l’équilibre budgétaire.  J’invite la population à s’approprier et accompagner le Durquap pour que les projets et les sous projets obtenus soient menés à bon escient», a dit M. Ibiassi.

Concernant les plaintes, il a encouragé les personnes affectées par la mise en œuvre du projet, notamment les riverains et les salariés sur les chantiers, à faire connaître leurs doléances dans le respect des procédures, avant de les rassurer du traitement et des réparations des dégâts après le constat.

«Le projet dispose d’un centre d’appel, notamment le 1.523, pour gérer les plaintes liées aux compensations préalables à libérer les emprises pour l’exécution des travaux et pour l’exécution directe des travaux dans certains quartiers. Depuis le début des travaux, nous avons enregistré 1.530 plaintes au total», a conclu M. Ibiassi.

(ACI/Marlyce Tchibinda Batchi)