RDC: la tension entre FCC et Cach ne baisse pas

0
149





En RDC, la tension entre le Front Commun pour le Congo (FCC) de Joseph Kabila et le Cap pour le Changement (Cach) de Félix Tshisekedi ne baisse pas. La famille politique de l’actuel président de la République veut mettre un terme à la coalition. Elle soutient que les conflits avec le regroupement politique de Joseph Kabila ne permettent plus au gouvernement de coalition de travailler dans la sérénité. Les proches de Félix Tshisekedi ont par exemple ciblé ces derniers temps le ministre des Finances, José Sele Yalaghuli. Ils accusent ce membre du FCC de Joseph Kabila de bloquer plusieurs initiatives de Félix Tshisekedi. Ce que dément l’intéressé.




Lors des meetings, dans les médias et sur les réseaux sociaux, des proches de l’actuel président allèguent que José Yalaghuli sabote l’action de Félix Tshisekedi.
Marcellin Bilomba, conseiller principal du chef de l’État pour les affaires économiques, évoque par exemple la paie des fonctionnaires de l’Etat : « Il n’a pas payé dans le temps les salaires de fonctionnaires. Il a préféré payer les factures fournisseurs des groupes des sociétés qui sont proches de ses protecteurs Joseph Kabila et l’ancien Premier ministre Matata Ponyo. »

Un ordre de priorité dans les dépenses

Des accusations que rejette José Sele Yalaghuli qui explique que les dépenses contraignantes comme les salaires sont traités en priorité. Seulement, l’ordre de priorité, dit-il, veut qu’aujourd’hui les militaires sont les premiers à toucher leurs salaires, suivis des policiers, des enseignants et des médecins.

Il fait également remarquer plusieurs contraintes. Par exemple, note t-il, l’enveloppe salariale qui était de 300 milliards de francs congolais l’année dernière est passée à 420 milliard alors que l’effectif de fonctionnaires est passé de 1,2 million d’agents à plus de 1,4 million d’agents cette année.




Mauvaise foi dans l’entourage du chef de l’Etat ?

Le ministre des finances dénonce, je cite, la mauvaise foi de la part de l’entourage du chef de l’Etat. Il va plus loin et cite des actions menées dans la région d’origine de Félix Tshisekedi, le Kasai comme par exemple le projet de relance de la Société minière de Bakwanga (Miba) dans le Kasai : « Toutes les instructions, parfois personnelles, du chef de l’Etat en ce qui concerne tel ou tel type de dépenses sont rencontrées. Je donne l’exemple de la Miba. C’est moi qui est proposé au président de la République de relancer la Miba. »

Entretemps, Marcellin Bilomba promet d’autres révélations qui montrent selon lui que le Sele Yalaghuli et le FCC ne souhaitent pas que Félix Tshisekedi réussissent son quinquennat.