Trafic d’ossements humains : l’os du pénis et du vagin se vend à 2 millions cfa à Brazzaville

0
2326

Une révélation des trafiquants d’organes et d’ossements humains qui campent désormais dans tout le Congo. Un business juteux dans lequel est impliqué des hommes politiques, commerçants, étrangers et des citoyens lambda. Si les Libanais contrôlent le trafic d’organes au Congo, les autochtones maîtrisent celui des ossements humains beaucoup plus lié à la sorcellerie africaine. L’os du pénis ou du vagin se vend à 2 millions cfa à Brazzaville et les gros clients sont en général des hommes politiques et des féticheurs.

Au su et vu des forces de sécurité se répand le trafic d’ossements humains sur l’ensemble du territoire national. A Pointe-Noire par exemple, la résidence de Vincent Gomez au centre-ville de la ville est citée comme point de repère des kidnappeurs sans que cela n’émeuve la police.

Des personnes disparaissent et leurs ossements servent à alimenter ce trafic. Il fut une époque où un groupe de voyous arrêtés avec les ossements humains avaient impliqué sans hésitation Isidore Mvouba. Ces personnes ont été liquidées depuis à la maison d’arrêt de Brazzaville.

Un trafiquant repenti et qui fréquente désormais une église de réveil à Ouenzé s’est confessé sur son passé macabre. Selon lui, les os de chaque partie du corps humains ont un prix défini en fonction de la rentabilité de son utilisation par les occultistes.

On a appris par exemple que l’os du pénis ou vagin peut coûter jusqu’à 2 millions selon l’âge de la personne. Les hommes politiques demandent le plus souvent les ossements des mineurs qui auraient un pouvoir extraordinaire.