Séminaire gouvernemental : l’exécutif se livre à une troisième autoévaluation

0
532

Le troisième séminaire gouvernemental se tient du 5 au 8 janvier à Brazzaville, sur le thème « L’opérationnalisation du PND pour relever les défis sociaux, gage de succès du projet de société du président de la République ». Il est une nouvelle occasion pour le gouvernement Makosso d’évaluer ses actions.

Le Premier ministre, Anatole Collinet Makosso, dans son discours d’orientation, a invité les ministres à plus d’engagement, à davantage d’efforts et de créativité, pour donner plus d’effectivité au Programme d’action du gouvernement. Cette énième rencontre est une occasion pour le gouvernement de faire le bilan de son action au titre de l’année écoulée et de dessiner de nouvelles perspectives pour l’année qui commence.

« Ce séminaire se veut un cadre de réflexion partagée sur l’action du gouvernement, de manière générale, mais aussi un cadre programmatique et prédictif des actions urgentes qui visent, dans le court et moyen terme, d’une part, la marche collective, ordonnée et méthodique vers les objectifs stratégiques de notre programme d’action et, d’autre part, la satisfaction dans l’immédiat des besoins de la population congolaise », a déclaré le chef du gouvernement.

Le troisième séminaire permettra, entre autres, d’identifier le dividende social que l’Etat voudrait retirer du Programme national de développement (PND) 2022-2026. Les domaines concernés étant la sécurité, l’emploi, la lutte contre la vie-chère, l’éducation et la santé. C’est pour le bien-être et le mieux-vivre des Congolais que doit, a précisé le chef du gouvernement, être consacrée la richesse nationale additionnelle attendue de ce PND.  

« Comme vous le savez tous et loin de moi tout sentiment d’autosatisfaction, je peux dire que si nous avons pu obtenir des résultats encourageants, c’est que nous sommes tous mus par la recherche permanente de l’efficacité, elle-même tributaire d’une bonne organisation interne, rendue nécessaire pour deux raisons essentielles », a rappelé Anatole Collinet Makosso.  

Il s’agit notamment de l’efficacité qui répond à une exigence maintes fois énoncée par le chef de l’État et l’obligation de résultats auxquels les membres du gouvernement sont individuellement et collectivement tenus. En effet, les deux premiers séminaires avaient respectivement pour but l’appropriation par les membres du gouvernement du projet de société du président de la République, et l’appréciation des progrès accomplis au cours des cent premiers jours ainsi que des mesures à impact immédiat à mettre en œuvre.

« Les leçons que    nous pouvons tirer des séminaires gouvernementaux et qui justifient leur utilité sont évidentes. D’abord, parce que l’équipe gouvernementale demeure concentrée et soudée derrière le président de la République, pour progresser selon ses orientations stratégiques. Ensuite, parce que le travail en équipe a créé une dynamique collective, y compris dans le traitement des dossiers transversaux qui peuvent être parfois source des conflits de compétence », a expliqué le Premier ministre, précisant que le gouvernement s’autoévalue à chaque séminaire par rapport à des feuilles de route sectorielles permettant de suivre la progression vers les objectifs définis en amont.