Qu’en est- il du pétrole des Mbochis découvert dans la Cuvette ?

0
2086

En Aout 2019, Deux sociétés d’exploration pétrolière, propriétés d’un richissime homme d’affaires congolais proche du pouvoir, ont annoncé ce week-end la découverte du premier gisement pétrolier onshore, au nord du Congo. Un gisement qui pourrait faire quasiment quadrupler la production du pays. Quatre ans plus tard c’est un silence radio du côté des autorités politiques de Brazzaville dont les appétits sur le pétrole du Kouilou sont insatiables. Si cette découverte était vraiment réelle, toute l’oligarchie de la Cuvette aurait ses yeux sur ce gisement afin d’accroître davantage leur fortune.

Des voleurs ont découvert du pétrole qui peut faire leur affaire, mais bizarrement n’y prêtent plus attention après le bruit médiatique qui s’en était suivi. Et cela fait déjà quatre ans !

Il est connu de tous que sans le pétrole du Kouilou, les charognards qui vivent des caisses de l’État, ne seraient pas aussi riches qu’ils ne le sont aujourd’hui. Avoir des gisements du pétrole dans leur propre département serait l’apothéose vu que son exploitation se ferait sans contrôle. Au Congo actuel, tous les grands pétroliers sont de la Cuvette alors que le pétrole est au Kouilou.

Ce bluff pétrolier qui n’avait pour objectif que saigner les poches des occidentaux, préoccupés à la dégradation de la biosphère du bassin du Congo.

Les réserves du Delta de la Cuvette pourraient permettre de multiplier la production du pays par quatre d’après les explications de Mohamed Rahmani, directeur marketing de la Société africaine de recherche pétrolière et distribution (SARPD-oil), l’une des deux entreprises chargées de son exploitation. « Quatre puits ont été identifiés. Ils font 359 millions de barils de pétrole. Et cela nous donne à peu près 983 000 barils par jour [contre 350 000 actuellement, NDLR] », indique-t-il. Malgré tout les voleurs de la Cuvette ont lâché l’affaire.

Ce richissime Congolais à la tête de cette découverte n’est entre autre que Willy Etoka, aujourd’hui Mario chez la fille de Denis Sassou Nguesso. Avec le temps, il s’est avéré que ce prétendu riche n’était en fait que le gestionnaire de la richesse de la famille présidentielle dont l’une des filles l’a obligé de se séparer de son épouse légitime.

Des Mbakis qui ont pris le Congo en otage et dont l’unique projet est l’enrichissement illicite et émergence de leur clan au détriment du reste des Congolais.

Si cette découverte était réelle, malgré les réticences des occidentaux, le clan Sassou se serait offert aux Chinois pour son exploitation. Mais comme ce n’était qu’un gros mensonge, le silence a été imposé sur l’affaire.