Le groupe russe Wagner contrôlerait une partie des troupes de RCA

0
1170

Le Service européen d’action extérieure a écrit un rapport de 35 pages daté du 15 et du 22 novembre pour la version à laquelle RFI a pu avoir accès. L’action des mercenaires du groupe Wagner (accusés en particulier de graves violations des droits de l’homme) et l’entrisme de la Russie dans les prises de décision à Bangui remet en question l’action de l’UE en RCA où ses instructeurs militaires ont pourtant participé à la formation de 4000 soldats.

Un rapport explosif de la diplomatie européenne sur la Centrafrique et l’environnement stratégique et politique pour les missions que l’UE vient de faire surface à Bruxelles. Il affirme que les mercenaires du groupe russe Wagner ont mis la main sur le commandement d’une partie des troupes centrafricaines, en particulier d’unités formées par l’Union européenne qui déploie depuis juillet 2016 des instructeurs militaires au profit des forces armées centrafricaines.

La plupart des unités des forces armées centrafricaines actuellement en déploiement « opèrent sous le commandement direct ou la supervision » des mercenaires russes du groupe Wagner. C’est en particulier le cas du 7ème bataillon d’infanterie territoriale, pourtant entraîné par les instructeurs de la mission européenne de formation militaire EUTM-RCA. 

Selon le rapport du Service européen d’action extérieure, la Russie joue un rôle « ambigu et non-transparent ». Il y a d’abord la présence d’environ 2600 mercenaires du groupe Wagner qui ont aussi pris en main la formation de certaines unités militaires centrafricaines. Il y a aussi l’intensification de la présence russe « dans presque tous les domaines du gouvernement », la conduite de campagnes de désinformation et enfin son implication économique dans les douanes, les mines et plus généralement « l’exploitation des ressources naturelles ».

Peut-être ce rapport a-t-il fait l’objet d’une fuite savamment orchestrée pour accompagner les motivations juridiques des sanctions décidées par l’Union à l’encontre du groupe Wagner. Toujours est-il que la conclusion du rapport a été confirmée ce mardi soir par les services de Josep Borrell, le chef de la diplomatie européenne : si elle ne parvient pas à affaiblir l’influence de la Russie et du groupe Wagner, l’Union pourrait revoir le mandat de ses instructeurs voire carrément les retirer de Centrafrique.