Grève à la mairie de Dolisie : bientôt la reprise avec l’instauration des services minimums

0
509

Le préfet du département du Niari Frédéric Baron Bouzock a présidé cette fin de semaine la réunion de méditation qui a rassemblé en un seul lieu le bureau du conseil municipal et le collège des syndicats de la mairie de Dolisie dans le but de régler la situation de grève qui prévaut au sein des administrations municipales.

Les bureaux de la Mairie et de la morgue municipale cadenassés, les agents en grève. C’est la situation actuelle qui règne depuis plusieurs mois à Dolisie chef-lieu du département du Niari à cause des arriérés cumulés de salaire.

Suite à ce mouvement d’humeur qui paralyse et prive les citoyens de cette ville des services essentiels, le préfet du département du Niari Frédéric Baron Bouzock s’est entretenu avec le bureau du conseil municipal et le collège des syndicats de la mairie de Dolisie dans le but de concilier les deux parties pour faire triompher l’intérêt général.

« Les collectivités locales, les mairies, les conseils doivent d’abord fonctionner à travers des ressources propres, mais ces ressources là sortent d’où ? des recouvrements que vous faites à la gare routière, dans les marchés et autres impôts locaux », a signifié le Préfet.

A l’issue de cette réunion les deux parties sont parvenu à un protocole d’accord dans lequel les conclusions ci-après ont été prises : la gestion transparentes des recettes locales par la mise en place des comités de gestion dans tous les services pourvoyeurs de recettes, l’observation de l’orthodoxie dans la gestion des ressources financières de la commune et la prise de la note relative à la rotation du personnel municipal.

« Le syndicat a accordé la levée de l’arrêt de travail par l’instauration des services minimum nous allons retrouver très vite en assemblée général pour expliquer aux agents municipaux qui sont nos mandants pour qu’à partir de la semaine prochaine la vie normale de l’administration commence à la mairie de Dolisie mais par des services minimums », a déclaré le porte parole du syndicat.

Cette situation d’arriérés de salaires à laquelle est confrontée la majorité des administrations municipales avait été également évoquée lors de l’assemblée générale extraordinaire de l’Association des maires du Congo (AMC) qui s’était tenu du 1er au 3 décembre à Pointe-Noire.

« Le constat qui se dégage est que cette question reste très préoccupante, avec des arriérés  cumulés de salaires qui s’élèvent à 24 217 149 992 FCFA, ceux de la CNSS à 46 581 764 000 FCFA et les rétrocessions non versées de l’ordre de 21 617 139 027 FCFA, soit un total cumulant en charge sociale et rétrocession de l’Etat envers les communes du Congo qui s’élève à 92 502 459 837 FCFA à la date du 30 novembre 2021 », avait déclaré Dieudonné Bantsimba, président de l’AMC et du Conseil départemental et municipal de Brazzaville