France 80 ℅ des congolaises sont mères célibataires avec le statut de femmes seules

0
2235

« C’est la réalité de la France » explique Brice Nkeoua, un congolais qui prétend gérer deux femme seules avec des enfants chacune. Grâce aux prestations sociales, 80 % des femmes congolaises ont choisi le chemin du célibat en mode « femme seule avec enfants ». Les hommes ne leur servent qu’à résoudre ponctuellement leurs envies sexuelles.

En France, pour les parents élevant seuls un enfant, une aide mensuelle appelée allocation de soutien familial, est accordée quelles que soient les ressources du bénéficiaire . Son montant est de 187,24 euros par mois. Elle n’est pas soumise à condition de ressources mais des critères d’éligibilité sont à respecter.

Aujourd’hui, environ une famille sur cinq est dite monoparentale. Un nouveau modèle dans lequel les parents doivent endosser seuls le quotidien et l’éducation des enfants avec un seul revenu. Un tiers de ces familles vivent sous le seuil de pauvreté. Si cela est naturel chez les français de souche, par contre elle tend vers la fraude chez des africains.

Des femmes préfèrent la vie monoparentale pour profiter des prestations sociales qui vont avec. La mentalité d’une immigrée en Europe est celle d’être venue se chercher, elle tombe sur l’opportunité pour mieux économiser et aider sa famille en Afrique.

Aujourd’hui, on retrouve 80 % des femmes congolaises dans le statut de femmes isolées avec enfants. Un isolement qui n’est valable que devant l’administration dans la mesure, elles gèrent différents hommes.

Nombreux sont des hommes congolais ayant eu recours au regroupement familial qui le regrettent à ce jour. Ils ont été surpris d’apprendre de leurs ex épouses regroupées que depuis le Congo, on lui a conseillé une fois en France de créer des problèmes à son époux afin de bénéficier du statut de femme isolée.

Dans ce mic mac, certains hommes se sont transformés en arnaqueurs amoureux. Ils emménagent chez ses femmes qui se disent battantes et indépendantes pour faire valoir leur irresponsabilité. « Il n’existe plus d’amour en France, mais que du profit» grince Brice Nkeoua.

Les enfants souvent sont les principales victimes de cette réalité. Ils grandissent sans leurs pères biologiques et généralement ne profitent pas de ces prestations sociales qui font l’affaire de leurs mères. Et quand ces enfants ont le BAC, ils sont contraints de se lancer dans la vie de travail vu que leurs mères sont incapables de payer leur université.

Des enfants nés et grandis en France qui finissent par faire les mêmes petits boulots de leurs parents à cause de cette fraude aux prestations sociales.