Exclusif: des dissensions au sein de la Grande Loge de France sur l’exclusion de Sassou Nguesso

0
3382

Pourquoi la GLDF veut-elle exclure le président congolais Denis Sassou Nguesso pour incompatibilité spirituelle ? Des dissensions secouent les frères de lumière de la Grande Loge de France, qui veulent rompre avec leur succursale du Congo dirigée par Denis Sassou Nguesso avec pour Grand Maître Jean Dominique Okemba. Il est reproché au frère Sassou Nguesso son éloignement des valeurs que prône la Franc-Maçonnerie avec l’introduction de la sorcellerie africaine. Des révélations sur les pratiques sexuelles incestueuses et pédophiles du président Congolais exacerbent la GLDF.

La Grande Loge de France (GLDF) est une obédience maçonnique française devenue indépendante du Suprême Conseil de France en 1894.

Le nom de l’obédience a été porté successivement par deux entités maçonniques distinctes. De 1738 à 1773 pour la première et depuis 1894 pour la seconde.

Les loges maçonniques de la Grande Loge de France travaillent de manière quasi exclusive au Rite écossais ancien et accepté qui est son rite administratif. Elle entretient des traités d’amitié ou de reconnaissance avec la plupart des obédiences françaises. Elle est cofondatrice de la Confédération des grandes loges unies d’Europe

La Grande loge de France est une institution de droit régie par la loi de 1901 et par des règles écrites fondées sur le suffrage universel, principe démocratique qui s’exerce sur toutes ses structures. Sa devise, Liberté, Égalité, Fraternité, se confond volontairement avec celles de la République française.

Un grand nombre des frères de lumière français soutenus par certains de leurs frères africains ont décidé de la séparation avec la succursale du Congo en indexant directement Denis Sassou Nguesso comme la locomotive de la déviation spirituelle de la franc-maçonnerie. Les valeurs qui caractérisent l’obédience et qui doivent être respectées par tous sont bafouées par Denis Sassou Nguesso. Ces valeurs sont les suivantes :

Laïcité

La
GDLF attache une importance fondamentale à la Laïcité telle qu’elle a été instaurée par la loi de 1905.

Dans le respect des croyances de chacun, elle condamne toute ingérence religieuse dans la conduite des affaires de l’État, que ce soit par les autorités religieuses ou par les élus de la République.

Elle entend ici rappeler en particulier que la révision des lois sur la bioéthique ainsi que les textes qu’il revendique sur le droit de mourir dans la dignité doivent être élaborés dans le respect de ce principe de laïcité.

Solidarité sociale

Les conséquences dramatiques au plan social et humain de la crise financière sur la vie économique amènent à construire de nouvelles solidarités. La GDLF y sera attentive et y prendra toute sa part.

Ainsi, elle revendique la prise en charge dans un système de solidarité défini par l’État, excluant le recours à l’assurance privée, de l’aide à l’autonomie définie selon l’appellation du « 5ème risque ».

Citoyenneté

La citoyenneté se nourrit des valeurs de Liberté, d’Égalité et de Fraternité.
La GDLF prône l’éthique, le civisme, la responsabilité et la solidarité. Elle rappelle ses engagements fondamentaux sur le respect des autres, la tolérance mutuelle, la liberté de conscience qui constituent les clés du « vivre ensemble ».

Environnement

L’environnement est le bien commun de l’humanité. L’être humain en est la composante et l’acteur majeur. Il lui appartient, par sa réflexion et son action, de le préserver et de le transmettre aux générations futures. D’autres modes de vie sont à penser permettant le respect de la nature.

Dignité humaine

La GDLFrappelle que l’État républicain a le devoir constitutionnel de permettre au citoyen de se nourrir, de se loger, de se soigner. « La première loi sociale est donc celle qui garantit à tous les moyens d’exister ».

Droits de l’Homme

Tels que définis par la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme de décembre 1948, ils sont consubstantiels à la République. La GDLF considère qu’ils constituent le présent et le futur de l’humanité.

Les charges retenues contre Sassou Nguesso

En ce qui concerne la Laïcité, il est reproché au président Congolais d’avoir institutionnalisé la franc-maçonnerie dans son pays. Tout citoyen Congolais qui aspire à une promotion est contrainte de faire allégeance à la Grande Loge du Congo, ce qui est une aberrance totale et contraire aux valeurs maçonniques.

En privant son peuple du bien-être, Denis Sassou Nguesso s’éloigne de la solidarité prônée par la GLDF . Des citoyens sont privés de liberté, dignité et ne sont plus égaux devant la loi.Le harcèlement et emprisonnement des citoyens à cause de leurs opinions caractérise le pouvoir Congolais qui ne respecte pas non plus l’environnement.

Des pratiques sexuelles basées sur le chantage sont devenues monnaie courante au Congo où on assiste à la promotion de l’inceste et la pédophilie dans les milieux des frères de lumière de la GLC. Eu égard à tout cela, la GLDF estime que Denis Sassou Nguesso devrait être radié de leur obédience.