Covid-19 : 600 vendeurs des marchés de Brazzaville et autres citoyens vaccinés

0
391

Les commerçants des marchés de la capitale et autres citoyens ont été encouragés à se faire vacciner contre la Covid-19 par Michel Bongho-Nouarra, président de l’association éponyme, le week-end dernier, au Centre d’hygiène de Brazzaville.

Le président de l’association Les Amis de Michel Bongho-Nouarra a indiqué que l’importance de cette activité est de relayer le message du gouvernement. « Vous savez que nous sommes dans une pandémie mondiale, le Congo n’est pas en reste, malheureusement nous avons perdu des compatriotes. Le sens de cette activité est aussi de sensibiliser la population pour qu’elle vienne se vacciner librement. Nous voulions donner un exemple pour que la population puisse nous suivre. Les chiffres qui m’ont été communiqués  par les instances sanitaires ne sont pas très bons. Nous sommes à moins de 2% de vaccinés au Congo, alors que la cible visée est de 60% », a-t-il dit.

Michel Bongho-Nouarra pense que des actions comme celles-ci peuvent remédier à cela, en boostant la campagne de vaccination. C’est un premier pas, a -t-il dit. « Je pense que c’est une stratégie qui va se déclamer sur plusieurs actions. Comme on dit un long voyage commence toujours par le premier pas, il va avoir d’autres actions qui vont suivre. On va cibler d’autres types de population», a-t-il souligné.

Le président de l’association Les Amis de Michel Bongho-Nouarra a demandé aux Congolais de ne pas avoir peur sinon que de se référer à des opinions scientifiques. Il n’est point besoin de se laisser influencer par toutes sortes de rumeurs. C’est pour cela que lui, les membres de son association et les six cents marchands de Brazzaville et autres citoyens, ont montré l’exemple. « Je crois qu’à partir d’aujourd’hui, pas seulement nous les Amis de Michel Bongho-Nouarra, d’autres aussi suivront. Je le dis à nos compatriotes de ne pas avoir peur, de penser à se protéger et protéger les autres », a-t-il déclaré.

ll a ajouté qu’aujourd’hui, le gouvernement s’est donné un certain nombre de moyens pour freiner la propagation du virus, notamment les couvre-feux, les mesures restrictives, l’objectif étant de sortir de la Covid-19. « Si nos concitoyens veulent revenir à la vie normale, il faut passer par la vaccination, c’est le prix de la liberté aujourd’hui. Si nous atteignons une immunité collective, au moins 60% des Congolais vaccinés, alors nous pourrons envisager de revenir à nos activités », a-t-il fait savoir.

Exaucée Koubemba, infirmière vaccinatrice au service d’hygiène, a expliqué le vaccin injecté. « Nous sommes en train de les vacciner le SPUTNIK-LIGHT, le vaccin russe en dose unique. Il s’agit de la première et deuxième doses combinées dans une seule ampoule. Le vaccin ne fait pas mal, c’est une injection comme toute autre. Jusqu’alors nous n’avons pas encore enregistré des plaintes des personnes vaccinées. Nous profitons de l’occasion pour demander à tous ceux qui hésitent encore de venir se faire vacciner. Se faire vacciner c’est protéger nos familles, nos amis et nos proches », a-t-elle fait savoir.

Romain Patrice Ombi, l’un des vaccinés contre le coronavirus, a trouvé ce geste bienfaisant. Raison pour laquelle il a félicité l’association et tous les volontaires.