Corées: l’homme qui a traversé la frontière la plus militarisée au monde identifié

0
1241

On a appris ce dimanche 2 janvier qu’une personne était parvenue à franchir la frontière intercoréenne, la plus militarisée au monde pour se rendre en Corée du Nord. Un fait extrêmement rare, habituellement ce sont des Nord-Coréens souhaitant faire défection au Sud qui empruntent ce chemin très périlleux. Et selon Séoul, l’individu ayant traversé ce week-end est un Nord-Coréen qui avait déjà déjoué la sécurité de l’armée sud-coréenne en parvenant à faire défection au Sud à travers la frontière en novembre 2020.

C’est un véritable aller-retour à travers la frontière la plus surveillée au monde qu’a réalisé un transfuge nord-coréen d’une trentaine d’année. En moins d’un an et demi, cette personne, présentée comme un ancien gymnaste, est parvenue à traverser la zone tampon entre les deux Corées dans les deux sens. Une forme d’exploit tant la frontière est surveillée des deux côtés et remplie de mines comme de barbelés. Déjà interpellé quinze heures après avoir traversé la frontière lors de son arrivée en novembre 2020, ce dernier a réussi de nouveau à déjouer une seconde fois la vigilance des militaires, dont la gestion de la frontière est vivement critiquée ces dernières années.

Une fois au Sud, il a été interrogé par les services de renseignements avant de passer les trois mois de formation obligatoire pour les Nord-Coréens ayant fait défection. Il s’est ensuite installé dans un quartier de Séoul connu pour sa forte concentration de transfuges avant de trouver un emploi comme agent d’entretien. Peu d’informations ont filtré si ce n’est qu’il connaissait, comme de nombreux Nord-Coréens une fois en Corée du Sud, de graves difficultés économiques. Une information contestée par les autorités qui affirment qu’il avait perçu l’aide financière dédiée aux transfuges.

Difficile de présager de ses motivations, alors que certains le soupçonnent d’espionnage sans qu’aucun élément ne vienne pour l’instant étayer ces soupçons. Impossible de savoir si le trentenaire est encore en vie car les soldats nord-coréens auraient reçu l’ordre de tirer à vue sur quiconque traverserait les frontières pour éviter toute propagation du Covid-19.