Cession terres au Rwanda : à Kinshasa, Sassou reconnaît devant Tshisekedi avoir été induit en erreur

0
2123

En marge des cérémonies marquant l’investiture du président de la RDC, Félix Tshisekedi, réélu pour un deuxième mandat le 20 janvier 2024, Denis Sassou Nguesso s’est entretenu avec son homologue sur diverses questions impliquant les deux Congo et la sous région. L’homme fort de Brazzaville a exprimé ses regrets à son homologue sur la polémique autour de la cession des terres agraires au Rwanda dans le sud du Congo. Sassou Nguesso a reconnu avoir été induit en erreur par ses conseillers sur la question.

Le comédien de Kinshasa, Herman Amisi ne s’attendait pas à la tournure de sa comédie sur la surveillance du fleuve Congo, patrimoine commun des deux pays. Les deux peuples ont prouvé aux yeux du monde n’être qu’un seul au delà des divergences. Brazzaville a accepté de surveiller le fleuve Congo pendant que Kinshasa tente de ramener la coupe d’Afrique des Nations qui se joue en Côte d’Ivoire.

Assistant à l’investiture du tout fraîchement président réélu de la RDC, Denis Sassou Nguesso s’est vu rappeler par le public Kinois son rôle de surveillant du fleuve. Dans la soirée, lors d’une rencontre en privé, le congolais a reconnu devant son fils de la RDC payé le prix de la cupidité de son fils Kiki Sassou Nguesso, principale artisan de cet accord avec le Rwanda.

Il sied de rappeler que lors de sa dernière visite à Kigali, Denis Sassou Nguesso et Paul Kagamé ont ratifié l’accord autorisant aux agriculteurs Tutsis d’exploiter quelques 12000 hectares des terres agraires dans le sud du Congo. Cette cession a été dénoncée tant à Brazzaville comme à Kinshasa où l’opinion accuse le Rwanda de parrainer l’insécurité à l’Est de la RDC.

Paul Kagamé est le parrain du M23 qui tue les populations civiles pour couvrir le pillage des minerais par son pays.Le Rwanda se comporte en RDC comme ses pays occidentaux qui pillent l’Afrique en y créant les guerres civiles.

Dans la fourberie qui le caractérise, Paul Kagamé s’est rapproché de la RCA et du Congo-Brazzaville pour encercler la RDC. Un pouvoir fort et stable à Kinshasa n’intéresse guère Kigali qui ne doit sa survie qu’au pillage du sous sol de l’Est de la RDC. Il est probable que les agriculteurs ne s’installent jamais sur les terres qui leurs ont été cédées par Brazzaville.