Cameroun: le « prophète » qui avait prédit la mort de Paul Biya est mort

0
806

Guy Parfait Songue est décédé ce 21 février aux États-Unis. En 2018, alors que le Président camerounais se préparait à briguer un nouveau mandat, le « prophète » avait laissé bouche bée l’opinion en prédisant la mort du candidat sortant avant le scrutin. Paul Biya, 89 ans dont 40 au pouvoir, est très souvent au centre de polémiques autour de sa mort.La Toile camerounaise se souvient encore de cette sortie pour le moins surprenante d’un « prophète », au sujet de Paul Biya. Dans une interview accordée à un Web média en 2018, Guy Parfait Songue, « le général de Dieu », comme il se faisait appeler, avait prédit la mort du Président camerounais, alors que ce dernier s’apprêtait à briguer un autre mandat: « Paul Biya n’a aucune chance d’arriver vivant à l’élection présidentielle du 7 octobre 2018« , avait-il déclaré.

Ironie du sort, quatre ans plus tard, Guy Parfait Songue, qui s’était installé aux États-Unis depuis lors, est décédé ce 21 février, ont rapporté plusieurs médias locaux. Et Paul Biya est toujours vivant, lui qui a soufflé sur sa 89e bougie le 12 février. Depuis l’annonce de cette disparition, la Toile camerounaise ne tarit pas de commentaires au sujet de cet ancien universitaire qui, sans que l’on comprenne pourquoi ni comment, était devenu « prophète » allant de prédiction en prédiction dont pas une seule ne s’est réalisée.

Les fausses morts de Paul Biya

Alors qu’il dirige le pays depuis 1982, Paul Biya a très souvent fait l’objet des rumeurs et prédictions les plus surprenantes autour de sa mort. Des élucubrations qui pour certains émanent de son caractère « taiseux et reclus ». Pour le journaliste Ferry J Fomekeu, il y a un certain mythe autour du personnage, si bien que les rumeurs qui courent dans un sens comme dans l’autre sont souvent: « une conséquence du mystère qui l’entoure et du caractère quasi-divin que lui prêtent ses collaborateurs à travers leur culte de la personnalité si bien que l’on en arrive à douter de sa mortalité ».

En mars 2020, par exemple, au plus fort de la pandémie mondiale de Covid-19, alors que les Camerounais nourrissaient une certaine inquiétude due à son silence de cimetière en pleine crise, une rumeur l’avait annoncé mort. Mais quelques semaines plus tard, alors que la pression de l’opposition exigeant la constatation de la vacance du pouvoir commençait à se faire sentir, il réapparaissait à l’occasion d’une audience accordée à l’ambassadeur de France au Cameroun.

De même en 2004, alors que Paul Biya était en visite privée en Europe, la nouvelle de sa mort s’était répandue dans tout le pays. Face à la presse à sa descente de l’avion cette année-là, et dans un ton ironique, l’homme du 6 novembre 1982 avait donné rendez-vous à ceux qui s’intéresseraient à ses funérailles, dans une vingtaine d’années: « Vous croyez, vous au fantôme? », avait-il lancé aux journalistes.

« J’étais en visite privée en Europe. J’ai appris comme tout le monde que j’étais mort […] Il paraît qu’il y en a qui s’intéressent à mes funérailles. Eh bien, dites leur que je leur donne rendez-vous dans une vingtaine d’années« , avait poursuivi le Président camerounais.

Réélu en octobre 2018, le mandat de Paul Biya court jusqu’en 2025. Il aura alors 92 ans.