Bien que séropositif et criminel, le ministre Pierre Oba 67ans, épouse Maryse Loemba 32 ans

0
2967





L’amour est aveugle dit-on souvent au point où l’artiste Kinois Mayaula Mayoni chantait : «  Eloko oyo Bolingo, tango ekanga moto, ekoki mpe ko pesa liboma ». Il est vrai qu’on peut dire aujourd’hui que Maryse Loemba en disant « oui » à Pierre Oba plus âgé qu’elle de 30 ans a succombé à l’amour.Par ailleurs, du répertoire du même chanteur, on peut aussi faire allusion au titre Mbongo qui affirmait que tu sois vilain, tu seras vu beau grâce à ton argent. Pierre Oba est sérépositif et c’est connu de tous, mais malgré tout Maryse Loemba s’est jeté dans ses bras.




Au Congo actuel, l’amour est sorti par la fenêtre alors que l’argent frappe à la porte. De nos jours, des jeunes filles se sentent mieux avec des adultes qui les remplissent des cadeaux et de peu d’amour. Elles sont juste des objets sexuels.




Dans un pays normal, un ministre ou une autre autorité qui fait des enfants à des mineures seraient exclus de la politique, mais au Congo tout a été normalisé par des papas dépravés n’ayant pas pu profiter de leur jeunesse au village. Ils récupèrent le temps perdu.

Un criminel séropositif, sur lequel pèse plus de 350 cadavres, parait-il enfuis dans un conteneur à leur retour de Kinshasa et jeté dans le fleuve Congo, s’est tranquillement remarié avec une femme saine et moins âgée que lui de 30 ans.




Il s’appelle Pierre Oba et est ministre des mines depuis plus de 25 ans sans un bilan positif pour la cité, si ce n’est pour sa famille et lui-même. L’heureuse élue s’appelle Maryse Loemba et ex d’un libanais, naturalisé Congolais.

Dans la vidéo de leurs noces, on peut constater la joie de la mariée et celle de ses invités en ces temps de pandémie. Des songeurs affirment que Maryse aussi serait séropositive sinon comment comprendre qu’une femme saine accepte d’épouser un homme malade du sida.




Mais, à ce doute, il faut juste écouter la titre Mbongo de Mayaula Mayoni, pour tout dissiper. Heureux mariage à Pierre Oba, espérant qu’il a pensé au moins à ses disparus du Beach en buvant son champagne et en montant sur sa femme.