Au Congo, les hommes sont égoïstes et ne pensent qu’à leur plaisir au lit

0
1088

Ce sont les femmes qui se plaignent de ce comportement des hommes congolais qui ont du mal à réaliser que le sexe est un plaisir mutuel. 8 sur 10 femmes interrogées se disent dans l’embarras de choix entre avoir un amant et supporter leurs hommes sans atteindre l’orgasme.

Dans la plupart des relations sentimentales au Congo, le sexe est à l’origine des embrouilles de part et d’autre. Les hommes n’hésitent pas à se fâcher quand la femme ne veut pas le leur donner et exercent toute forme de chantage.

Par contre, quand c’est la femme qui subit l’impuissance de l’homme, elle est invitée à le supporter et à le comprendre. Dans l’ensemble, les hommes congolais estiment que la femme est juste un objet de plaisir et celle qui doit lui faire des enfants, garder sa maison et faire de lui un homme marié dans l’opinion.

Au lit, l’homme congolais pense d’abord à son propre plaisir et ne se préoccupe pas de celui de la femme. Peu importe que la femme ait joui ou pas, l’homme arrête dès sa jouissance. C’est dans cette même logique que les hommes ont recours désormais aux fortifiants aphrodisiaques pour leur propre plaisir.

Cet égoïsme pousse les hommes à rêver faire une heure sur la femme alors qu’une bonne relation sexuelle ne dure que 15 minutes avec point de chute l’orgasme mutuel.

La conséquence de cet égoïsme des hommes est l’expansion de l’infidélité et de l’adultère dans la société congolaise. Insatisfaite dans le foyer, la femme se remet à son « petit pompier » d’amant pour se rattraper.