30ème anniversaire de l’Upads : des anciens militants invités à revenir au parti

0
330

Le premier secrétaire de l’Union panafricaine pour la démocratie sociale (UPADS), Pascal Tsaty-Mabiala, a appelé le 2 septembre à Brazzaville les anciens membres du parti à revenir à la première formation politique de l’opposition congolaise. Il a  formulé cette invite à l’occasion du 30e anniversaire de cette organisation. 

« Le retour sans exception et sans condition de tous nos anciens camarades du parti est l’une des préoccupations actuelles de la direction de l’Upads », a déclaré Pascal Tsaty-Mabiala à l’ouverture de la cérémonie marquant le trentième anniversaire du parti, couplée à la fin du deuil porté en mémoire du défunt président-fondateur, Pascal Lissouba. Il a, à cet effet, félicité le président du comité de conciliation pour l’unité et le rassemblement pour le travail déjà abattu en si peu de temps et dont les résultats à mi-parcours sont encourageants.

Le premier secrétaire a indiqué, en outre, que de la cohésion des membres de l’Upads dépendront les succès ou les échecs de l’organisation. « Il est  de la responsabilité de tous les militants à la base comme au sommet de privilégier l’Upads et de comprendre les enjeux politiques qui imposent une autre attitude si nous voulons redonner de l’espoir  aux Congolais.  Nous avons le devoir de nous impliquer dans la vie du parti et de prendre d’assaut les structures intermédiaires et de base. Le bon militant n’est pas celui qui critique à distance, mais plutôt celui qui prend une part active dans l’animation des fédérations, sections, sous-sections et les cellules » a renchéri le premier secrétaire.

Il a signifié par ailleurs que malgré la conjoncture financière, la direction du parti fait des efforts pour ramener l’Upads vers la base à travers une campagne de restructuration qui a débuté depuis quelques années. Pascal Tsaty Mabiala a rappelé qu’au moment où le parti retire le deuil porté en mémoire du défunt président Pascal Lissouba, l’Upads a plusieurs défis à relever dont le plus essentiel est la gouvernance électorale. Cependant, a-t-il renchéri, il est nécessaire de continuer la mobilisation en insistant sur la place de la jeunesse et des femmes au sein de notre formation politique.

Trente ans d’existence, c’est un âge accompli pour que l’Upads sorte définitivement des querelles qui l’ont tirée vers le bas, a-t-il rappelé. Nonobstant les défis à relever, l’Upads doit avoir confiance en elle-même et en son  avenir.« Nous devons nous tourner résolument vers l’avenir en croyant en notre jeunesse qui constitue la relève de demain », a conclu Pascal Tsaty-Mabiala.