Un député Mbochis demande la démission de Bouya pour vol sans pitié

0
4561




 

 

Jean Claude Ibovi,député de Talangai vient de sonner le glas en demandant au premier ministre de révoquer son ministre Jean Jacques Bouya, tête de liste de voleurs au col blanc du Congo. C’était lors de la session de contrôle du gouvernement au parlement.Même les Mbochis commencent à se rendre à l’évidence d’avoir mis le pays totalement par terre.

Pour une première fois au Congo,un député proche de la majorité et de surcroît Mbochis a osé dire tout haut ce que tous les autres pensent tout bas.Habitués à ne rien faire et proposer au parlement,les députés nommés par Sassou lors des dernières législatives ont été tous surpris de voir leur camarade Jean Claude Ibovi accusé les membres du gouvernement de détournements des deniers publics et surtout d’incompétence.




Sa cible ( qui est aussi celle de tous les Congolais) a été le ministre des Grands Travaux et neveu du chef de l’État,Jean Jacques Bouya qui rêvait de devenir le Haussmann de la Cuvette.

Impliqué dans presque tous les scandales financiers du Congo,Jean Jacques Bouya a assisté en direct devant toute l’assemblée et ses collègues ministres comment il a été officiellement accusé de voleur par un député,qui du reste à plaider auprès de Clément Mouamba sa démission de son équipe.

Dans une intervention anthologique,Jean Claude Ibovi a rappelé au premier ministre et son équipe que le pays est dans le chaos total à cause de leur incompétence. Il a fustigé aussi que pour une première fois au Congo,les députés affichent 5 mois de salaires impayés ( ça aussi à cause de Pascal Lissouba ?).

Un député au Congo est un arbre qui nourrit toute une chaîne de conseillers,collaborateurs et « petits de la circonscription ».Vivre cinq mois sans salaire a des conséquences sociales direct sur cette chaîne.

La révélation la plus scandaleuse faite par Jean Claude Ibovi est la route inexistante de 137 km construite et inaugurée par Jean Jacques Bouya et qui aurait coûté au Trésor Public des milliards.Dans un pays normal, Jean jacques Bouya serait mis en examen et demis du gouvernement. A l’heure où Denis Sassou Nguesso agenouille face au FMI,l’arrestation de Bouya serait signal positif à cette institution.