RDC : le cardinal Laurent Monsengwo décoré à titre posthume

0
263

Le président congolais Félix Tshisekedi a décoré mardi à Kinshasa à titre posthume le cardinal Laurent Monsengwo Pasinya, dont le corps était exposé au Parlement de la République démocratique du Congo (RDC) pour des hommages officiels et populaires.

Décédé le 11 juillet près de Paris à 81 ans de suite d’une maladie, Mgr Laurent Monsengwo a longtemps joué un rôle politique de premier plan dans son pays. Son inhumation est prévue mercredi. Le chef de l’État a déposé la médaille de l’Ordre sur le cercueil du prélat défunt, après la lecture de l’ordonnance présidentielle l’élevant « à titre posthume au titre de Grand cordon de l’ordre national des Héros nationaux Kabila-Lumumba pour les éminents services et mérites rendus à la nation congolaise ».

La cérémonie s’est déroulée en présence du président de la République du Congo, Denis Sassou Nguesso, du Nonce apostolique, des cardinaux et prélats venus de plusieurs pays d’Afrique, des chefs de confessions religieuses en RDC, des officiels africains, des diplomates et d’une foule nombreuse. Un peu plus tôt, les deux chefs d’État ont déposé leurs gerbes de fleurs devant le cercueil surmonté d’une bible ouverte.

Né le 7 octobre 1939 dans la province de Mai-Ndombe (ouest), Mgr Laurent Monsengwo fut l’une des voix critiques à l’égard des différents régimes qui se sont succédé en RDC (ex-Zaïre), celui du dictateur Mobutu Sese SekoLaurent-Désiré Kabila (1997-2001), Joseph Kabila (2001-2019), puis Félix Tshisekedi. Ordonné prêtre en 1963, évêque en 1980 par le pape Jean-Paul II, fait cardinal par Benoît XVI en 2010, cette grande figure de l’Église catholique africaine avait cédé son fauteuil à la tête de l’archidiocèse de Kinshasa à Mgr Fridolin Ambongo en novembre 2018.

« Le cardinal Monsengwo nous laisse l’exemple d’une vie entièrement donnée pour les autres », a déclaré le cardinal Fridolin Ambongo, archevêque de Kinshasa dans son homélie. Honorer sa mémoire « c’est de voir nos dirigeants (d’Afrique) ne pas se considérer comme des propriétaires de nos pays mais comme des humbles serviteurs de la nation pour le bien et le bonheur des populations », a-t-il souligné.

L’honorer, « c’est s’engager résolument pour que les richesses immenses dont Dieu a doté notre pays servent réellement aux biens de nos populations et non à un petit groupe de privilégiés. On ne peut rendre hommage à la mémoire du cardinal Laurent Monsengwo, si on laisse la population croupir dans la misère », a-t-il encore lancé sous les applaudissements de la foule.