Variant Delta: pris de court, Macron envisage de nouvelles mesures, conseil de défense à l’Élysée

0
616

En France, le gouvernement défend ce mercredi 21 juillet dans l’hémicycle de l’Assemblée nationale son projet de loi d’urgence instaurant un passe sanitaire pour les bars, restaurants, transports ou centre commerciaux, mais aussi l’obligation vaccinale pour les soignants. Mais face à l’explosion du variant Delta, ça ne sera pas suffisant dans l’immédiat et l’exécutif envisage désormais de nouvelles mesures. Ce sera l’objet d’un Conseil de défense sanitaire ce 21 juillet au matin à l’Élysée autour d’Emmanuel Macron.

Avec le tour de vis annoncé par le président il y a 10 jours, le gouvernement pensait pouvoir ranger son tournevis. Mais le voilà pris de court par l’explosion du variant Delta : 18 000 cas en 24 heures, 150% d’augmentation en une semaine : « du jamais vu », s’est alarmé ce mardi le ministre de la Santé Olivier Véran.

Au point qu’Emmanuel Macron et le gouvernement doivent une nouvelle fois plancher sur des mesures rapides pour contenir la flambée, alors que la vaccination est encore insuffisante et que le passe sanitaire pour les bars, restaurants ou centre commerciaux ne s’appliquera qu’au mois d’août.

L’enjeu du Conseil de défense est de « définir les conditions d’un été sous 4e vague », explique un conseiller gouvernemental. Au menu : de nouvelles restrictions possibles au niveau local dans les départements où le variant explose, retour du port du masque en extérieur ou fermeture des bars et des restaurants après une certaine heure.

Aucune décision n’a été prise, mais plusieurs pistes sont sur la table. « Des mesures qu’on espère temporaires, soupire un cadre de la majorité, en attendant la généralisation du passe sanitaire et de la vaccination. »

Les centres de vaccination font le plein

Regain important de la vaccination en France depuis l’allocution il y a une semaine d’Emmanuel Macron, annonçant l’extension du passe sanitaire à certains lieux, et la vaccination obligatoire d’ici quelques semaines pour les soignants et certains salariés ; l’accélération de l’épidémie joue sans doute également. En tout cas les centres de vaccination font le plein, et la semaine passée a battu les records : 4,3 millions de doses ont été injectées, dont 40% de 1ère dose.

Il y a encore peu de temps, des dizaines de milliers de créneaux de vaccination avaient du mal à trouver preneur. Depuis une semaine, c’est l’affluence : 520 000 rendez-vous pour une 1ère dose ont été réservés quotidiennement sur les 7 derniers jours, contre 140 000 début juillet, selon les autorités. La comparaison avec l’Allemagne et l’Italie vaut d’être pointée, pour le ministère de la Santé, qui précise que le rythme des primo-injections est désormais deux fois plus rapide en France que dans ces pays, alors qu’il l’était deux fois moins au début du mois.

Pour soutenir la tendance à la hausse, les autorités affirment qu’il n’y aura pas de démobilisation au cours de cette période estivale. Les doses de vaccins sont et seront là ; et les professionnels pour les injecter aussi, assure-t-on. À ce jour, ¼ des 12-17 ans ont reçu une dose de vaccin, et 2/3 des adultes. En tout, 46% de la population française est complètement vaccinée.