Sassou se réfugie à Oyo par peur de la colère des militaires infectés du Coronavirus dans les casernes

0
1992




Denis Sassou Nguesso, est reparti à Oyo après un court séjour tourmenté à Brazzaville où le tension est montée dans les casernes militaires suite à une transmission vertigineuse du coronavirus. De peur que les militaires fassent des bêtises contre lui, Sassou Nguesso, dont on connaît la peur a préféré se mettre à l’abri dans son village natal.




Tout le monde sait au Congo, qu’il n’y a rien de bon à Oyo dans la Cuvette Centrale. Mais en moins de 10 jours, Denis Sassou Nguesso, selon ses propagandistes, y effectue des visites de travail. Il y est allé, revenu sur Brazzaville et vient d’y aller encore. Mais, en réalité, le chef de l’État a juste peur des militaires cantonnés dans les casernes et qui sont infectés du coronavirus.

Face à la propagation exponentielle de la pandémie au Congo, Les autorités avaient décidé de procéder aux tests dans la troupe. Le système de dépistage mis en place ne répond pas au sérieux et est contre productif. Par jour, 30 militaires sont testés et renvoyés à la caserne à l’attente des résultats. Après cinq jours, au moins 15 militaires sont signalés positifs et placés dans des hôtels tenus secrets pour passer la quarantaine.




Malheureusement, ces militaires ne respectent pas les mesures et répandent la pandémie dans la population et leurs collègues. D’autres militaires infectés, fréquentent toujours les casernes contaminant d’autres. Cette contamination massive a crée des tensions entre la troupe qui rumine actuellement en silence.




Dans la sécurité présidentielle, on comptabilise chaque jour 35 cas positifs.La situation précaire des hôpitaux du pays est un facteur important qui peut déclencher un mouvement de contestation générale contre le pouvoir si la pandémie se propage davantage entre la troupe. Sassou Nguesso lui, préfère se mettre à l’abri à Oyo.