Princesse Mouangassa : ces fesses n’ont payé que pour une durée déterminée de 29 jours au parlement

0
2709
Dans la vie, l’idiotie et l’immaturité sont des handicaps qui peuvent nuire à la vie et devenir d’une personne, surtout d’un homme politique. C’est le cas de la députée éphémère Princesse Gaétan Mouangassa dite Honorable 29 jours qui vient d’être invalidée par la Cour constitutionnelle à cause de son comportement et sa mal bouche.

Ces fesses qu’elle livre à tout va n’ont pas empêché le sommet de prendre la décision de la déchoir au profit du véritable vainqueur, à savoir Alban Kaky. Depuis le 30 septembre 2022, Princesse Mouangassa n’est qu’une histoire triste de l’Assemblée nationale du Congo. Mama Honorable 29 jours!

La cour constitutionnelle a rendu le 30 septembre 2022 son verdict sur les contentieux électoraux en résolvant positivement qu’un seul des recours en faveur des plaignants. Il s’agit de la circonscription numéro 3 de Makélékélé où la déclarée officiellement élue, Princesse Gaëtan Mouangassa a été invalidée après juste 29 jours d’avoir siégé. Alban Kaky qui était le véritable vainqueur dans cette circonscription a été rétablie dans ses droits.

Alors que la majorité des tricheurs du PCT se sont réfugiés dans le silence conscients de leur forfait, Princesse Mouangassa et ses proches avaient décidé de défier les congolais qui se sont indignés de son élection. Sur les réseaux sociaux, on l’a entendu se vanter d’être puissante et capable de faire arrêter un officier des FAC et un DG.

Dans sa première déclaration officielle devant les caméras lors de la rentrée parlementaire, elle a commis la maladresse de remercier Denis Sassou Nguesso pour sa victoire, donnant du répondant aux indignés de son élection.

Ses détracteurs n’ont pas lésiné sur les moyens et ont fait fuiter des images compromettantes de la nouvelle députée sur les réseaux sociaux. Plus grave encore, ses propres sœurs ont insulté tout le monde se vantant même d’avoir triché à escient et surtout mis en avant le soutien des caciques du pouvoir.

Mais la pilule Mouangassa a commencé à déranger le clan Sassou après les révélations sur une vidéo de la fille du défunt colonel Dathet qui aurait eu une relation avec Jean Yves Sassou Nguesso, petit-fils du chef de l’État. C’est Mouangassa qui serait à la manœuvre.

La cour constitutionnelle s’est vu contrainte de rétablir la vérité des urnes qui donnaient largement vainqueur le candidat Alban Kaky avec 60 % des suffrages.