Macron aurait refusé l’offre de Sassou d’acheter deux chasseurs rafale à la France pour 120 millions euros

0
2013

Emmanuel Macron qui a l’âge du fils de Denis Sassou Nguesso aurait trouvé indécente cette proposition du Congolais de vouloir acheter à la France deux chasseurs Rafale en occasion au prix de 120 millions euros. Le président Congolais a profité de sa dernière visite à l’Élysée dans le cadre d’une réception aux dirigeants présents à un sommet de la paix à Paris pour faire cette proposition.

Le poids de l’âge commence à jouer des mauvais tours au chef de l’État Congolais, Denis Sassou Nguesso qui tombe facilement dans les « biloba loba » avec ses interlocuteurs. Lors de son dernier séjour en France où il a participé à un sommet sur la paix, l’Empereur a parlé des armes oubliant le but de sa présence à la métropole. Emmanuel Macron lui a rappelé être venu à un sommet sur la paix et non la guerre et que ces questions pouvaient bien être évoquées à un autre moment.

Les conseillers du président Français pensent qu’il s’agissait d’un bluf de Denis Sassou Nguesso qui tient à avoir le soutien de la France dans son plan d’installer son fils à la tête du Congo. Son pays qui traverse une situation difficile ne peut se permettre de dépenser autant d’argent en armement et moins encore l’achat des chasseurs Rafale.

La dernière mission du FMI au Congo a donné son avis favorable à l’octroi d’une ligne de crédit pour aider ce petit État pétrolier d’Afrique centrale à relancer son économie, bien qu’avec des préalables. Évoquer l’achat des avions de guerre est une forme d’irresponsabilité et inconscience pour les Français qui ne sont pas étonnés d’être en face d’un vrai dictateur dont le rêve se repose toujours autour des armes.

La France aurait rappelé à Sassou Nguesso, l’inopportunité d’une telle transaction pour les deux pays dans le contexte actuel. Aucun pays d’Afrique francophone n’a jusqu’à ce jour acheté à la France des chasseurs Rafale et une probable vente au Congo suscitera beaucoup d’interrogations.

Denis Sassou Nguesso qui a déjà une milice surarmée ne se fatigue pas de la renforcer en armement dans le seul but de mater une possible révolution populaire que lui et son entourage craignent.