Le ministre Silou sévèrement blâmé par Mpila pour avoir osé interdire les promotions des bières ( 4 à 1200 frs )

0
1335

Le ministre du commerce des approvisionnements et de la consommation, Claude Alphonse Silou aurait été fortement réprimandé par Mpila pour avoir à travers une note de service interdit aux brasseurs la vente promotionnelle des boissons alcoolisées. Il est clair que le pouvoir de Brazzaville est le tireur des ficelles de cette dépravation alcoolique de la population.

A cause des dénonciations sur les réseaux sociaux sur cette manie des brasseurs à n’effectuer des ventes promotionnelles que sur des bières, le ministre Claude Alphonse, soucieux de cette dérive a pris son courage en signant une note circulaire le 12 Novembre dernier dans laquelle, il rappelle aux brasseurs, distributeurs grossistes et tenanciers des débits de boisson dans le cadre de la protection des jeunes, toute action promotionnelle visant à offrir de l’alcool à un prix inférieur au prix de vente homologué est interdite sur l’ensemble du territoire national.

Tout de suite, le lobby des alcooliques du pays est monté au créneau en actionnant ses relais au sein du pouvoir. Des pressions et menaces auraient été faites au ministre Claude Silou afin qu’il continue de fermer ses yeux sur ces ventes promotionnelles qui profitent tant à la jeunesse Congolaise qui aide les deux principales brasseries à réaliser des bons chiffres d’affaires.

On se souvient que lors du grand confinement de 2020 alors que tous les bars étaient fermés, les deux brasseries ont réalisé leurs meilleures ventes. La tendance à rendre soûlards les Congolais est le fruit d’un plan bien ficelé depuis Mpila. Une jeunesse alcoolisée réfléchit moins et ne dérange presque pas tant que sa bière est assurée grâce évidemment à ces ventes promotionnelles.

L’entourage du ministre Claude Alphonse Silou qui est aussi complice de la dérive du pays ne comprend pas cet acharnement de Mpila contre cette décision pourtant louable. Mpila lui a rappelé les conditions pour maintenir son poste au gouvernement qui passe par l’aliénation de la jeunesse.