Des fous raptés dans la rue dans la même cellule que le général Mokoko

0
3099




 

 

On savait machiavélique le pouvoir de Brazzaville,mais pas au point de faire partager une même cellule ses opposants avec des vulgaires malades mentaux pris dans la rue,dans le seul but de les faire subir une torture morale.Le général Jean Marie Michel Mokoko a été mis dans une même cellule avec des fous.

Cette information bien que connue dans le milieu sécuritaire et militaire du pays a été livrée par le colonel à la retraite Marcel Mpika à une consœur lors d’une interview. Bénéficiant d’une liberté pour raisons humanitaires,le colonel Marcel Mpika,un proche du général Mokoko avec lequel,il a partagé la cellule a depuis rejoint les États Unis,pays dont il possède la nationalité.



Dans le but d’attenter à la vie de Jean Marie Michel Mokoko,les securocrates du pouvoir de Brazzaville ont cru bon introduire des fous jugés violents dans sa cellule.Mais la voie du peuple étant celle de Dieu,ces fous se sont comportés comme des personnes civilisées devant le véritable vainqueur de la présidentielle.

Le général Jean Marie Michel Mokoko et ses proches étaient étonnés de constater un comportement aussi civique de la part de ses citoyens souffrant des problèmes psychiatriques. L’un des fous ayant même reproché à l’autre de parler un peu trop la nuit empêchant le vainqueur de la présidentielle de bien se reposer.

Éhontés,les geôliers se sont vu obliger de libérer ces fous,les reprochant au passage d’avoir failli à la mission qui leur était confiée.Le général Philipe Obara a traité ces malades mentaux de véritables fous,inutiles pour la république.