Un policier tue son collègue pour mauvais partage de l’argent perçu lors des opérations de contrôle de port de cache-nez

0
726

Un policier commis au commissariat du marché central de Bagira, situé en pleine ville de Bukavu dans la province du Sud-Kivu, a tué son collègue, dans la nuit du 07 au 08 août 2021.

Selon plusieurs sources, l’incident est intervenu aux environs de 23 heures alors qu’ils se partageaient le butin.

« Un policier a tué son collègue policier hier vers 23h au poste PNC du marché central de Bagira. C’était après une dispute à propos des amandes perçues », dit à ACTUALITE.CD un voisin du marché de Bagira à Bukavu.

La société civile de Bukavu affirme également ces informations.

« La personne arrêtée étant déjà libérée, les deux policiers ne se sont pas entendus sur le partage. Ils étaient tous deux en état d’ivresse, l’un d’eux va tirer sur l’autre et va se volatiliser dans la nature. La victime sera transférée dans une structure sanitaire de la place où elle a rendu l’âme », ajoute Wilfried Habamungu, président de la Nouvelle Dynamique de la Sociéteté Civile de Bagira.

D’autres sont également évoquées, selon une autre source de la société civile.

« Deux versions sont aussi évoquées, les voisins disent que ce policier a tué son compagnon d’armes à cause d’un montant d’amende perçue auprès des gens qui n’ont pas porté les cache-nez. Ce policier a tué son compagnon d’armes à cause de 400 FC de surplus lors du partage de butin. Alors que la police parle d’une bagarre entre deux policiers qui a dégénéré. Le policier de garde avait arrêté un autre policier sans numéro matricule. Ce qui a dégénéré », dit à ACTUALITE.CD Emmanuel Mikalaba Vice-président de la société civile de Bagira.

Ce cas intervient au Sud-Kivu après celui qui s’est passé dans la province voisine du Nord-Kivu, en plein état de siège, où un soldat a tué par balle une écolière de 16 ans à Masisi pour n’avoir pas payé 500 FC à une barrière de l’armée.

En province du Sud-Kivu, le gouverneur Théo Ngwabidje Kasi avait fixé des amendes variant de 5 000 à 10 000 francs congolais pour port incorrect de cache-nez.