Soupçonné de corruption au Congo, le groupe italien Eni prêt à débourser 11,8 millions d’euros

Le géant pétrolier a proposé au parquet de Milan de payer une amende pour mettre fin à une enquête visant la société et l’un de ses dirigeants.

Le géant italien des hydrocarbures Eni a annoncé, jeudi 18 mars, avoir proposé au parquet de Milan de payer une amende de 11,8 millions d’euros pour mettre fin à une enquête sur des soupçons de corruption au Congo-Brazzaville visant la société et l’un de ses dirigeants. Le parquet a requalifié le délit présumé de corruption internationale en malversation, ouvrant la voie à un accord à l’amiable, a expliqué le groupe dans un communiqué. Interrogé par l’AFP, Eni n’a pas souhaité dévoiler l’identité du dirigeant de l’entreprise incriminé dans l’affaire.

Selon la presse italienne, l’enquête entamée en 2017 porte sur des renouvellements de permis pétroliers sollicités en 2015 par Eni au Congo-Brazzaville. Le groupe est soupçonné d’avoir accepté de vendre en contrepartie des parts de sa licence à une société écran détenue par des fonctionnaires congolais. Eni a assuré que sa proposition « ne représente pas une reconnaissance de culpabilité de la part de l’entreprise », mais « une initiative visant à éviter la poursuite de la procédure judiciaire, qui entraînerait d’importantes dépenses de ressources pour Eni et toutes les parties concernées ».

Cette annonce intervient au lendemain de la décision d’un tribunal de Milan de relaxer les dirigeants d’Eni et du géant pétrolier Shell, mis en cause dans une vaste affaire de corruption au Nigeria. Dans ce procès retentissant, le parquet italien soupçonnait les deux groupes d’avoir versé 1,092 milliard de dollars de pots-de-vin (environ 914 millions d’euros), sur un total de 1,3 milliard déboursé en 2011, pour l’acquisition au Nigeria d’une licence d’exploration du bloc pétrolier offshore OPL-245.

Parmi les treize prévenus figuraient le patron d’Eni, Claudio Descalzi, et son prédécesseur, Paolo Scaroni, à l’encontre desquels le parquet de Milan avait requis en juillet des peines de huit ans de prison pour corruption. M. Descalzi est visé par une autre enquête diligentée en 2019 par le parquet de Milan pour conflit d’intérêts dans le cadre des activités d’Eni au Congo, des soupçons que l’intéressé juge « sans fondement ».

Le Monde avec AFP