Blablabla : Plus de deux milliards FCFA pour valoriser le tourisme domestique

0
264




L’association congolaise des agences de voyages et de tourisme (Acavtour) a sollicité, le 14 octobre à Brazzaville, à l’Etat congolais le paiement de deux milliards trois cent millions de FCFA de créances afin de réorganiser et valoriser le secteur du tourisme domestique.





La sollicitation de l’Acavtour fait suite à l’injection par le Club de Brazzaville auprès de l’Etat congolais d’une somme de trois cent milliards afin d’éponger la dette intérieure.« Nous assurerons notre survie par le tourisme domestique qui implique des investissements plus ou moins légers et efficaces. Au Congo, nous estimons retrouver notre niveau d’avant le Covid-19 entre 2024 et 2025, grâce au développement du tourisme domestique », a indiqué Jean Claude Mobali-Banda, président de l’Acavtour.Toutefois, le tourisme domestique n’a pas assez d’ampleur et, est longtemps restée en marge des autres secteurs d’activité économique du pays. L’enjeu est pourtant d’importance, eu égard à la portée des nouvelles mobilités et aux formes touristiques liant une hybridation compliquée entre intégration de pratiques et l’invention de formes spécifiques.Au Congo, le secteur du tourisme domestique sous exploité regorge plusieurs atouts : visite des parcs et réserves naturelles, l’éco-aventure avec des explorations, expéditions, tourisme rural, communautaire, solidaire et participatif : échanges avec les populations locales dans leurs activités, participation à la vie des communautés autochtones, découverte, échanges culturels et traditions.

L’association congolaise des agences de voyages et de tourisme encourage les gestionnaires de sites de loisirs à s’intéresser aux littorales des fleuves Congo et Mossaka, la construction du musée de Mbé, la valorisation de la route des esclaves pour créer des attractions.




Actuellement, les voyagistes vivent des moments d’incertitude à cause du Covid-19, un fléau qui réduit la productivité des chiffres d’affaires des entreprises et opérateurs touristiques. Les conférences, congrès et foires ont laissé la place aux téléconférences moins couteuses, sans exigences en terme de protocole sanitaires pour les participants.

Ainsi donc, l’association congolaise des agences de voyages et de tourisme en appelle à l’accompagnement de l’Etat et du système bancaire national.

« Nous vivrons et le tourisme subsistera sous une forme inhabituelle dans la durée. Il est clair que nos moyens financiers et la confiance des banques doivent être restaurés. Les impayés de loyers des structures et les impôts, la situation sociale au sein de nos petites entreprises deviennent déplorables », a insisté le président de l’Acavtour.

L’association congolaise des agences de voyages et de tourisme propose de créer et développer des centres de loisirs sains autour de Brazzaville, Pointe-Noire et d’autres villes du pays pour favoriser le tourisme local urbain.

L’Acavtour veut aussi organiser : les campagnes de sensibilisation sur le tourisme domestique entre 2020-2024, les campagnes gorilles et éléphants de plaine, des expositions sur les potentialités d’implication des agences de voyages et de tourisme ainsi que le congrès de la fédération inter-Etats des syndicats des agences de voyages et de tourisme d’Afrique de l’ouest et du centre.