Processus de paix : le Maroc a abrité une réunion des parties libyennes

0
482

La réunion de la Commission mixte libyenne « 6+6 », tenue du 22 mai au 6 juin à Bouznika au Maroc, a abouti à un compromis au sujet des lois régissant les élections présidentielle et parlementaires, prévues en fin d’année en Libye, a annoncé la Mission d’appui des Nations unies en Libye (Manul), dans un communiqué.

Appréciant les efforts déployés par la Commission 6+6 chargée par la Chambre des représentants et le Conseil d’État libyens de préparer les lois électorales, la Manul a pris note du résultat des assises de Bouznika. « Des éléments importants des lois électorales et des questions connexes nécessitent l’adhésion et le soutien d’un large éventail d’institutions libyennes, de représentants de la société civile, y compris des femmes et des jeunes, et d’acteurs politiques et de sécurité, pour permettre la tenue d’élections inclusives, crédibles et réussies », souligne le communiqué de la Manul. 

Convaincue des résultats obtenus, la Manul a réaffirmé son engagement de continuer à travailler avec toutes les institutions libyennes compétentes, y compris le Conseil présidentiel, pour faciliter un processus entre tous les acteurs. Le but étant « d’aborder les éléments contestés du cadre électoral, obtenir l’accord politique nécessaire sur la voie des élections et permettre des règles du jeu équitables pour tous les candidats ». C’est ainsi qu’elle « appelle tous les acteurs libyens à s’engager, dans un esprit de compromis, à régler toutes les questions en suspens et à créer un environnement plus sûr et plus propice à la tenue d’élections en 2023, tout en réaffirmant, conformément à son mandat, son attachement à la tenue d’élections transparentes, inclusives et crédibles pour permettre au peuple libyen de choisir librement ses représentants et renouveler la légitimité des institutions du pays ».

Selon le membre de la Chambre des représentants, Jalal Shwehdi, l’accord définitif au sujet de ces lois sera débattu dans les prochains jours en présence des présidents de la Chambre des représentants et du Conseil d’État libyens. Les Nations unies ont, par la voix du porte-parole du secrétaire général, Stéphane Dujarric, exprimé leurs remerciements au Maroc pour ses efforts de facilitation visant à parvenir à des compromis sur les lois électorales entre les parties libyennes.

La réunion de Bouznika s’inscrit dans la poursuite de la série de rencontres le Maroc abrite, rassemblant les différentes parties libyennes en vue d’approfondir le dialogue sur les voies et moyens à même de mener au règlement de la crise dans ce pays. Ces réunions ont souvent donné lieu à d’importants accords favorables au processus de règlement. Il s’agit, entre autres, de l’accord de Skhirat (2015), l’accord entre le président de la Chambre des représentants, Akila Saleh, et le président du Haut Conseil d’État libyen, Khalid El Machri en octobre 2022 sur la mise en œuvre des résultats du processus de Bouznika concernant les postes de souveraineté et l’unification du pouvoir exécutif. Pour le Maroc, le règlement de la question de la légitimité en Libye ne peut avoir lieu qu’à travers des élections présidentielle et législatives permettant au peuple libyen de choisir à qui confier le pouvoir de la gouvernance politique dans le pays. Notons que la réunion de Bouznika s’est clôturée en présence du ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita. Le Haut conseil d’État libyen a été représenté par Omar Abu Lifa et la Chambre des représentants par Jalal Shwehdi.