Pourquoi le gouvernement demande-t-il aux brasseries de ne pas augmenter le prix de la bière?

0
1261

Les deux principales brasseries du pays ont reçu des injonctions du gouvernement sur la non application des nouveaux tarifs de leurs produits. En un mot, elles ne doivent pas respecter la décision du même gouvernement d’augmenter le prix de la bière. L’alcool est une arme très efficace que le pouvoir utilise pour détourner la jeunesse de leurs préoccupations majeures et sa cherté n’arrange pas les autorités.

Contraint par le FMI, le gouvernement a décidé de l’augmentation de plusieurs produits de première nécessité dont la bière. Mais en sous marin, le même gouvernement s’active auprès des deux brasseries du pays pour que cette décision ne soit pas respectée et que les consommateurs continuent d’acheter la bière aux prix actuels.

Dans un communiqué, la Bralico annonce l’augmentation du prix de ses produits suite à la hausse des droits d’accises passant de 12,5 % à 17,5 % à partir du 13 juillet 2023. Actuellement le prix unique de toutes les bières est de 500frs et passerait à 600 %.

Pour éviter la colère et des émeutes pouvant surgir suite à cette augmentation, le gouvernement a promis aux brasseries de fermer les yeux sur l’augmentation des droits d’accises. Avec la cherté de la vie, si les congolais décidaient à modérer leur consommation d’alcool, les autorités seraient en danger. Une personne qui n’est pas esclave de la bière pense à son avenir de façon lucide et n’hésitera à indexer les responsables.

Malgré les dénonciations sur les multiples promotions de la bière, le gouvernement a toujours fermé les yeux conscient de son effet de diversion sur la jeunesse.